Corruption/collusion à Montréal: vigilance citoyenne essentielle

5 Avr

Panel2avril19

Les citoyens présents le 2 avril 2019 ont vivement apprécié le travail du modérateur Yves Boisvert chroniqueur juridique au journal La Presse et les informations précieuses fournies par le panel. Voici l’essentiel:

-les sommes d’argent récupérées (100 Millions $ à date) par le Juge François Rolland et son équipe du Programme de remboursement volontaires des sommes «volées» (loi 26 du Québec); la récupération se poursuit jusqu’en 2022; en plus, les contrevanants ont payé les frais d’intérêt et d’administration.

-les mesures actives tant administratives que judiciaires mises en place à la Ville par le Contrôleur général Alain Bond; et cela continue avec des recours aux tribunaux (14M$ pour les compteurs d’eau), contestations des dons de maison à une épouse, etc. Une anecdote/surprise : un ex-élu (maire?) serait venu le voir pour rembourser et lui donner des chèques!

André Cédilot : des éléments de la mafia très riche à Montréal seraient imbriqués dans des endroits stratégiques. Ces « fourmis » très difficiles à coincer légalement, il faut les dévoiler encore et encore!

Denis St-Martin : environ 70% des recommandations de la Commission Charbonneau auraient été appliquées, dont la création de l’Autorité des Marchés Publics dirigé par l’ex-BIG de Montréal.

La corruption/collusion dévie des fonds des autres priorités sociales (logement, éducation, santé) et les mesures pour contrer la collusion corruption doivent avoir une acceptabilité sociale.

Les questions des citoyens de plusieurs arrondissements ont soulevé de grands enjeux , tels que :

-On ne savait pas que de telles sommes étaient récupérées, et que ça continue jusqu’en 2022.

-les sommes récupérées (100M$) sont-elles un % satisfaisant par rapport au total détourné? Et par rapport aux frais engagés?

-que fait on avec l’argent qui est remboursé? est-ce que ça retourne simplement dans le pot global d’argent, est-ce que c’est utilisé à des fins spéciales?

-pourrions-nous avoir maintenant accès à un registre public et savoir si Louisbourg, Simard-Beaudry, Hydro-Québec etc. ont participé au programme de remboursement volontaire et à quelle hauteur?

Nous avons conclu que pour continuer cette lutte, la vigilance des citoyens est la clé! Et les citoyens de Montréal ont accès aux rapports réguliers des bureaux de l’Inspecteur général, de la Vérificatrice générale et du Contrôleur général. Il y a la ligne de dénonciation de l’Inspecteur général et la Ligne du Contrôleur général. Les sites de la Ligue d’action civique, ATTAQ-Québec, de Transparency international et de leur section Canada fournissent un suivi de luttes ici et dans le monde, ainsi que ceux de l’OCDE. Le site meteopolitique.com fait un suivi de la corruption/collusion au Québec avec des noms, les accusations et les peines.

Advertisements
%d blogueurs aiment ce contenu :