Archive | Collusion corruption remboursement sommes volées RSS feed for this section

Quel avenir pour les petits commerces? Quel développement pour notre ville?

12 Avr

Bonsoir Voici de brefs rappels de deux événements importants:

1) Le Lundi 16 avrilà 19h au Rialto Hall, 2e étage 5719 av. du Parc

Café-Citoyen du Comité des citoyens du MileEnd: « Quel Avenir pour les petits commerces? « 

Gentrification, hausses de sloyers commerciaux, des taxes lourdes. Que pouvons-nous faire ? Voici les invités qui vont nous aider à cerner le problème :

  • Mme Hélène Bélanger, professeure en études urbaines et touristiques à l’UQAM dont un des domaines d’expertise est la gentrification

  • Catherine Lavarenne, représentante de l’Association des gens d’affaires du Mile End (AGAME)

  • Richard Ryan, conseiller de Ville de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal qui fera le point sur les enjeux de la gentrification vus par l’administration municipale.

2)  MAIN BASSE SUR LA VILLE

4 nouvelles projections-événements du 16 au 19 avril

au Cinéma du Parc, avec discussion en français et en anglais

en présence du réalisateur Martin Frigon

Lundi 16 avril à 19h : Journalisme d’enquête, corruption et construction Lire la suite

Advertisements

Main basse sur la Ville: encore du succès!

10 Avr

Bonsoir

Encore du succès pour le film Main basse sur la Ville : une semaine supplémentaire du 16 au 19 avril.

Et une autre discussion passionnante dimanche le 8 avril:

1) le thème: portrait actuel des propriétaires et de la situation au centre-ville, que peut le citoyen?

2) les invités: Gérard Beaudet (urbaniste émérite et professeur à l’U. De M.), Martin Frigon, cinéaste et Pierre Pagé de MontréalPourTous

3) les faits saillants:sallecduParc Un premier tour de table a fourni des questions-clés:

Pourquoi la Ville a laissé détruire la maison patrimoniale Redpath?

-Pourquoi tant d’immeubles abandonnés ou vacants?

-Comment expliquer que la limite des tours au centre-ville est passée de 20 à 40 étages?

-Pourquoi Copenhage fait un urbanisme novateur et humain? Et pourquoi pas nous à Montréal?

Monsieur Beaudet a su expliquer clairement plusieurs aspects. Oui nous avons à Montréal un Plan d’urbanisme depuis 1992, oui il y a eu de bonnes choses comme de nombreuses habitations en plein coeur du centre qui le rendent très vivant. Mais, à la différence de Copenhague qui a une tradition de respect de son plan d’urbanisme, ici on permet trop « d’accomodements raisonnables » aux promoteurs qui le demandent. Et qui trop souvent bâtissent pour obtenir un profit maximum sans innover, sans investir vraiment dans l’architecture et l’urbanisme! Et Québec laisse faire sans politiques claires pour le développement urbain, le transport (avec le sinistre Ministère), le design!

Il a ensuite précisé les limites de hauteur des tours. C’est clair dans notre plan que la limite est à environ 20 étages (calculés de haut en bas), avec des possibilités au centreville seulement d’obtenir une dérogation pour 40 étages, depuis que l’administration Tremblay a fait ce changement suite à des consultations de l’OCPM et a étendu la zone permise. Évidemment, il y en a eu des dérogations!

M. Beaudet a rappelé que dans le cas de ces tours comme dans celui de la conservation des bâtiments patrimoniaux, il fallait que la Ville exige plus de respect de son plan d’urbanisme, que les professionnels soient plus rigoureux et les citoyens plus actifs. Il a appuyé les propos de Pierre Pagé de MtlPourTous qui a dit: oui il faut aller sur le site internet de la Ville voir les informations abondantes de la ville-centre (Plan d’urbanisme, projet Griffintown, Ste-Catherine ouest, Hippodrome Blue Bonnets, etc.) et des projets d’arrondissement. Il faut aller aux travaux de la Commission de l’Habitation et à ceux de son arrondissement. Il faut suivre de près les promesses de l’administration Plante (révision de la fiscalité, accroissement des logements familiaux et sociaux, limite aux RB&B, taxe antispéculation).

Voilà l’essentiel. N’oubliez pas:

-que les projections et débats se poursuivent au Cinéma du parc du 16 au 19 avril à 19h00;

que Main basse sur la Ville sera diffusé sur les ondes de CBC le 26 mai prochain;

que le Comité des citoyens du MileEnd tient le lundi 16 avril une soirée « Quel Avenir pour les petits commerces » au Théâtre Rialto à 19h0;0

Une suggestion pour terminer: allez lire ce qu’exige l’Ordre des architectes du Québec pour un renouveau:

https://www.ledevoir.com/culture/524861/le-quebec-a-une-place-de-leader-a-prendre-en-architecture

 

Pierre Pagé, Johanne Dion, Lise Lauzon, Lucille Mallette, jeanie Baudchon pour

MontréalPourTous

C’est possible de réagir face aux promoteurs/investisseurs maffiosi

9 Avr

Bonsoir, Il y a eu encore salle comble au Cinéma du Parc jeudi dernier. Voici l’essentiel:

1) Le thème : Journalisme d’enquête, corruption et construction

Quelles sont les forces de l’ombre qui gravitent autour du milieu de la construction et qui tirent profit du développement de nos cités ?

2) Les panélistes André Cédilot, chroniqueur judiciaire, spécialiste du crime organisé, co-auteur du livre Mafia Inc, Henry Aubin, auteur du livre Les vrais propriétaires de Montréal qui est à la base du film et Hugo Joncas, journaliste d’enquête spécialisé en immobilier.

3) les faits saillants selon Pierre Pagé qui était présent:

Les montréalais sousestiment la puissance de la mafia italienne à Montréal bien active dans l’immobilier au centre-ville depuis un bon moment. Paolo Viola s’est associé avec la famille Cutler pour le Roccabella, si j’ai bien compris. Vito et Nico Rizzuto pour le Roc Fleuri coin DeMaisonneuve et Drummond, Toni Magi pour NDG, M. Tortellino pour 2 immenses tours face à celles du CH.

Cette mafia fonctionne sur le même modèle ici qu’en Italie. Beaucoup d’argent du trafic de drogues a été réinvesti dans l’immobilier au centre-ville. Joseph Zappia le constructeur du Village Olympique a failli réussir à financer la construction de l’immense pont de Messine via des ententes entre la N’Dragheta de Sicile et certains de « nos » maffiosi de Montréal.

la mafia a presque prise le contrôle du Fonds de Solidarité de la FTQ à un certain moment, sans toutefois réussir! Ouf!

L’immobilier au centre-ville, tant celui construit par des investisseurs classiques que celui de la mafia ou même du Fonds de solidarité, n’est pas très beau ni très novateur ni très aéré! Et beaucoup de gens investissent dans ces tours pour faire un profit, et de plus en plus souvent via la location RB&B.

la commission Charbonneau a fourni beaucoup d’informations expliqué beaucoup d’éléments. Elle a porté uniquement sur les contrats publics de constructions. Hugo Joncas du Journal de Montréal a publié beaucoup de dossiers de construction privée impliquant d’anciens dictateurs ou proches de dirigeants louches. Il va continuer.

Et maintenant que peut faire le citoyen? Voici les actions énoncées:

-suivre l’exemple de ces 3 journalistes d’enquête qui révèlent publiquement des faits, ce qui rompt le silence si cher à toutes les mafias et corrompus. Henry Aubin a révélé qu’ils viennent de former une association de journalistes d’enquête afin de mieux travailler ensemble.

-aller au-delà des travaux de l’Inspecteur Général : exiger un Tribunal administratif qui ferait des audiences publiques pour les propriétaires de bars et coincerait plus facilement les traffics douteux; il faut que l’UPAC fasse un travail préventif, par exemple empêcher la fille de « Monsieur Trottoir » Miliotto ( celui qui mettait des liasses de billets dans ses bas) de travailler dans les dossiers d’Équifax.

que les citoyens fassent entendre beaucoup plus leur voix, aller voir les nombreuses informations sur le Site de la Ville (projet Hippodrome, rue Ste-Catherine ouest, Plan d’urbanisme, etc.), aller aux séances publiques de la Commission de l’Habitation ou celles de leur arrondissement pour dire leur mot et faire pression sur leurs élu-e-s.

-que les citoyens s’expriment sur les questions de zonage, de logement familial et social, de spéculation, de RB&B, etc. Comme Montréal pour tous le fait à la Commission des Finances!

-une personne a fournit une excellente conclusion: suivons l’exemple courageux des jeunes de l’école de Floride qui luttent contre la puissante NRA pour plus de sécurité pour les jeunes et moins jeunes dans les écoles et dans les villes et moins d’armes.


À demain pour les faits saillants de la soirée de dimanche soir avec le cinéaste Martin Frigon et l’urbaniste émérite et professeur de l’U. de M. Gérard Beaudet.

C’est possible de réagir face aux grands promoteurs/investisseurs

6 Avr

Échanges passionnants suite aux projections du film Main basse sur la Ville

Et ça continue Samedi le 7 et Dimanche le 8 à 16h30 au Cinéma du Parc

Depuis samedi le 31 mars, le Cinéma du Parc a été tellement rempli que des personnes n’ont pu entrer!

sallecduParcEt voici quelques éléments des échanges que Montréal pour tous a proposé et aussi recueilli.

Mardi soir le 5 avril sur ce que le citoyen peut faire face aux promoteurs voraces :

Lire la suite

Un film et des rendez-vous à ne pas manquer!

27 Mar

collageMtlPValois

Collage d’un de nos membres Pierre Valois

MAIN BASSE SUR LA VILLE

Un documentaire de Martin Frigon

 Bande-annonce : https://goo.gl/kVAjuo

Suivez-nous sur Facebook : https://goo.gl/t7sAuG

Et 6 Projections suivis d’échanges autour des thèmes

de l’urbanisme et de l’environnement

PROJECTIONS-ÉCHANGES (en français)

Lundi 2 avril à 19h : Aménagement du territoire et urbanisme au Québec

En présence de Gérard Beaudet (urbaniste et professeur) et Christian Savard (Vivre en ville)

Mardi 3 avril à 19h : Urbanisme corporatif et pouvoir citoyen

En présence de Charles Guindon (Bâtir ton quartier) et Pierre Pagé (Montréal pour tous)

Mercredi 4 avril à 19h : Développement immobilier anarchique et environnement

En présence de Guy Garand (Conseil régional de l’environnement de Laval) et Karel Mayrand (Fondation David Suzuki)

Jeudi 5 avril à 19h: Journalisme d’enquête, corruption et construction

En présence de Hugo Joncas (Journaliste d’enquête spécialisé en immobilier), Henry Aubin (Journaliste d’enquête, auteur du livre Les vrais propriétaires de Montréal et protagoniste au cœur du documentaire) et André Cédilot (Chroniqueur judiciaire, spécialiste du crime organisé)

PROJECTIONS-ÉVÉNEMENTS (en anglais)

Des séances spéciales ont également lieu en anglais le vendredi 30 mars à 19h, en présence de Martin Frigon, Henry Aubin et Jason Prince, et le samedi 31 mars à 19h, en présence de Dimitri Roussopoulos (Institut de politiques alternatives de Montréal) et Donald Cuccioletta (Chaire Raoul-Dandurand). Pour plus d’informations : cinemaduparc.com/en/film/citie 

Main basse sur la ville sera diffusé sur les ondes de CBC le 26 mai prochain partout au Canada.

À bientôt, Pierre Pagé, Johanne Dion, Lise Lauzon, Jeanie Baudchon et Lucille Mallette.

Nos derniers éclairages sur le choix du Maire de Montréal le 5 novembre

3 Nov

Bonjour,

1) Commençons par rire un peu..jaune

 

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le 3e thème : taxes et mixité des quartiers

 

3) Pour éclairer votre choix final: des prises de position pour et contre

 

1) Commençons par rire un peu  jaune : cet arbre symbolise la situation actuelle d’un propriétaire qui vit dans sa résidence depuis longtemps, qui a des racines, qui vit l’érosion de ses revenus de travail ou de retraite mais que les hausses de taxes poussent vers le précipice soit l’abandon de son quartier!

Images intégrées 1

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème des taxes et mixité sociale des quartiers

Nous rappelons ici l’essentiel de nos demandes telles que formulées dans notre lettre ouverte publiée par Le Devoir du 6 octobre :

– « Nous n’avons pas réussi à faire en sorte que l’administration Coderre reconnaisse que la hausse des taxes dépasse le taux d’inflation réel, que l’évaluation foncière est à la hausse à Montréal depuis plusieurs années. Elle ne reconnaît pas que ce taux d’inflation s’applique dans un grand nombre de cas à une évaluation en hausse et qu’il existe une surévaluation des propriétés résidentielles de cinq logements et moins dans plusieurs quartiers recherchés. »

– Nous avons demandé à l’administration Coderre de réviser son analyse, de faire le point avec les citoyens dans les quartiers, d’envisager des solutions novatrices pour atténuer ces hausses importantes, récurrentes et brusques. http://www.ledevoir.com/politique/montreal/509645/l-administration-coderre-doit-reviser-son-programme-de-hausses-de-taxes

Équipe Coderre n’a pas répondu à nos demandes. Nous en concluons qu’elle maintiendra ses positions du premier mandat de 4 ans durant le prochain mandat: plafonnement des hausses de taxes foncières à la hauteur du taux moyen estimé d’inflation, étalement de la hausse de l’évaluation foncière sur trois ans, contrôle serré et réduction des dépenses, mesures pour attirer de jeunes familles. Lorsque nous avons demandé des mesures supplémentaires, la réponse reçue fut : vous allez faire un coup d’argent quand vous vendrez ! Nous en avons conclu que l’administration actuelle considère l’habitation d’abord comme un lieu d’investissement et d’enrichissement et ensuite seulement comme un milieu de vie.

L’administration Coderre et son Service de l’Évaluation foncière ont répondu favorablement à notre exigence d’information sur l’évaluation d’une propriété, les comparaisons utilisées, l’explication du rôle foncier. Elle a aussi appuyé nos démarches vis-a-vis Québec pour exiger des augmentations du crédit trop faible de solidarité pour impôts fonciers. Par contre, ils ne se prononcent pas sur la possibilité d’instaurer une surtaxe de 15% aux acheteurs étrangers similaire à celles de Vancouver ou de Toronto et une taxe sur la revente rapide comme à Paris, un programme d’aide aux propriétaires en difficulté (propriétaires occupants de longue durée à revenus fixes ou faibles, jeunes propriétaires qui veulent élever en ville leur famille), appelé report des impôts fonciers et en place ailleurs au Canada.

Équipe Valérie Plante promet de plafonner les hausses de taxes foncières des propriétaires occupants à la seule inflation, comme le fait l’Équipe Coderre. Elle réalisera son programme sans hausse de taxes. Elle veut dégager une marge de manœuvre financière pour la Ville par une meilleure gestion et une meilleure priorisation des dépenses de l’administration et des investissements, effectuer des démarches auprès du gouvernement du Québec afin de récupérer une portion de la taxe de vente du Québec (TVQ) dépensée sur le territoire montréalais.

Elle semble ouvrir la porte à des changements dans la fiscalité foncière (mesures de taxation plus équitables que celles en place actuellement; à plus long terme, réformer en profondeur la fiscalité montréalaise pour éviter de pénaliser les « bons » propriétaires et pour récompenser les comportements désirables; appliquer la notion de « taxe équitable » dans l’impôt foncier afin de donner un répit aux petits propriétaires (tant résidentiels que commerciaux) qui prennent soin de leurpropriété.) Cela reste vague, donc beaucoup à préciser.

Elle rejoint nos demandes sur des points importants: encourager les propriétaires occupants d’immeubles à revenus à les rénover, par la mise sur pied de congés, crédits ou gels de taxes sur une durée limitée ou par un programme de subvention directe qui atténuera les hausses de loyer pour les locataires; créer une taxe spéciale d’achat immobilier pour les investisseurs étrangers non occupants afin de limiter les impacts de la spéculation. Elle veut empêcher le recul des commerces de proximité : ajuster les taux de taxation selon la vocation commerciale ou communautaire et l’emplacement de l’établissement et appliquer des mesures de type « Robin des Bois », comme à Québec, afin de répartir le fardeau fiscal plus équitablement entre les grandes surfaces, les commerces sur les artères commerciales et les organismes à but non lucratif;

Notre conclusion sur ce thème des taxes et de la mixité sociale des quartiers:

Lors d’une campagne électorale, les candidats sont en mode séduction et traitent peu de grands axes prioritaires tels que plan stratégique, gouvernance, cadre financier, etc. qui sont pourtant « le nerf de la guerre ».

L’Équipe Coderre a augmenté les taxes foncières plus qu’il ne l’avait promis en 2013 : il s’était engagé à maintenir les hausses de taxes sous l’inflation. Son administration s’est plutôt fiée aux projections qui surestiment l’inflation depuis plusieurs années au lieu d’accepter notre demande d’utiliser le taux réel d’inflation  . Ainsi, les taxes municipales ont augmenté de 7,5 % depuis quatre ans à Montréal, alors que l’indice des prix à la consommation a progressé durant cette période de 4,8 % dans la région, selon Statistique Canada.

L’Équipe Coderre refuse d’analyser avec les citoyens concernés les hausses d’évaluation foncière dans les quartiers recherchés et les remèdes existants depuis longtemps ailleurs. Elle protège jalousement ses revenus de taxes. Elle pense avoir des marges de manœuvre avec les nouvelles lois de la Métropole, pour par exemple dédommager les commerçants durant les travaux. Elle veut réduire les taux de taxes des entreprises, des institutions et des commerces mais sans prioriser les petits commerçants qui en ont grand besoin.

L’Équipe Valérie Plante fait preuve de plus d’ouverture sur les questions d’aide aux petits propriétaires, petits commerçants et locataires, elle sera plus ouverte à la discussion publique de ces questions, dont celle d’une surtaxe sur les achats par les propriétaires étrangers. Il lui reste à harmoniser ces éléments de programme avec son cadre financier, lequel doit être beaucoup précisé.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1064746/verif-cadre-financier-non-equilibre-incomplet-valerie-plante-projet-montreal

3) Pour éclairer votre choix final: des prises de position pour et contre

Sur nos 3 thèmes analysés, nous pensons que c’est le moment d’aller plus loin et plus en profondeur. L’Équipe Coderre veut continuer le travail fait. L’équipe Valérie Plante veut aller plus loin et plus en profondeur. Pourra-t’elle, saura-t’elle le faire? C’est à voir.

À vous de choisir pour l’ensemble du travail de la Ville de Montréal. Voici des références variées qui peuvent vous aider:

Éditorial La Presse pro-Coderre

http://plus.lapresse.ca/screens/a6cbd3bd-b6b4-4e65-999f-a81ed20b6599|_0.html

Position pro-Valérie Plante du Journal de Montréal

http://www.journaldemontreal.com/2017/11/03/pourquoi-valerie-plante

Bref inventaire des promesses faites en 2013 par le candidat Coderre: celles tenues, à moitié tenues et non tenues

http://plus.lapresse.ca/screens/62bc03aa-8665-460c-8fd6-36a4577b6ded|_0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

Bon Vote le 5 novembre, Pierre Pagé, Lucille Mallette, Jeanie Baudchon, Johanne Dion, Gilles Thériault pour Montréal Pour Tous

Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème de la corruption-collusion

2 Nov

Bonjour,

1) Commençons par deviner et rire un brin

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le 2e thème : corruption-collusion

3) Demain ne manquez pas notre dernier message sur les taxes foncières et la mixité sociale de nos quartiers.

1) Commençons par deviner et rire un brin:

S’agit-il de fonctionnaires, de sous-contractants aux faux noms ou des deux? De travaux mal planifiés ni contrôlés?

fonctionnaires municipaux au travail

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème de la corruption-collusion

Voici nos recommandations non partisanes suite au travail fait par notre groupe Montréal Pour Tous. Elles se fondent sur notre présence à 3 débats publics, notre suivi des médias, des éléments des programmes électoraux et des déclarations de l’Équipe Coderre et de l’équipe Valérie Plante et sur notre expérience pratique de participation durant 6 années à la Commission des Finances.

Le contrôle de la corruption-collusion a un effet direct sur la motivation au travail et sur la hausse des dépenses, entre autres choses. Il a des incidences majeures sur les niveaux de taxes foncières. Voici les réponses à nos questions sur le contrôle la corruption-collusion fait depuis 4 ans et le sur le contrôle à mettre en place lors des 4 ans à venir. Lire la suite