Rôle foncier 2017: nous voulons des changements

15 Sep

Voici nos réactions et propositions face aux nouvelles hausses d’évaluation dans les quartiers centraux, telles que présentées dans notre communiqué aux médias:

Le groupe Montréal pour tous se réjouit de la sortie de la période d’explosion de l’augmentation des valeurs immobilières ( (exemple 47% entre 2002 et 2005, 6,2% à Montréal cette année). Mais c’est encore une hausse, moins explosive que les dernières, mais une hausse qui vient s’ajouter à celles des 10 dernières années!

Nous nous réjouissons de l’annonce par le directeur du Service de l’évaluation foncière Bernard Côté d’un rattrapage fait par rapport à la Ville de Québec: grâce à une nouvelle application, chaque propriétaire recevra avec sa nouvelle évaluation un code d’accès pour connaître les prix comparables dan son unité de voisinage auxquels son immeuble est comparé. Notre demande est exaucé: ainsi le propriétaire pourra mieux comprendre sans devoir courir après ces informations comme c’était le cas au dernier rôle. Nous attendons aussi d’autres mesures en ce sens.

Montréal pour tous constate que les dépassements de la moyenne dans les augmentations des valeurs des immeubles ne font que se déplacer: ce n’est plus le Plateau qui est en première ligne, c’est maintenant dans l’ordre Rosemont, Villeray, Sud-Ouest-Côte-des-Neiges/NDG. Pour ne citer que 2 exemples, un de nos membres du Plateau a une hausse de valeur de son duplex de 59,100$ ou 9%. Un autre de Rosemont-Petite-Patrie a une hausse pour son triplex de $47,700, soit 10%.

L’étude récente du professeur Hélène Bélanger de l’UQAM, faite en lien avec le groupe Concertation Faubourg St-Laurent dans l’arrondissement Ville-Marie, a bien démontré qu’il y a un développement, avec plus de constructions, de commerce, etc. mais beaucoup de déplacements des personnes moins fortunées, ce qui amène une réduction de la mixité sociale.

Nous demandons à l’administration Coderre d’analyser sérieusement le constat de Projet Montréal à l’effet que l’évaluation foncière favorise les quartiers situés loin du centre au détriment des quartiers centraux. Et plus largement, d’analyser, en faisant pression sur le Ministère des affaires municipales (MAMOT), l’ensemble de ces phénomènes et de leurs effets sur la majorité des Montréalais. Et que le Bureau de consultation de Montréal organise rapidement une consultation sur le « fardeau fiscal des contribuables des quartiers centraux » avant que le Service des finances soumette au conseil en novembre-décembre 2016 les taux de taxation de l’exercice financier 2017.Puis d’établir des mesures sérieuses d’apaisement pour que ceux qui ont des revenus (salaires, pensions) stables ou en baisse, et qui recevront un compte de taxes encore bien au-dessus de la moyenne.

Actuellement, il n’y a pas de mesures d’équilibre. C’est d’autant plus grave qu’une part de la taxation des immeubles non résidentiels risque de passer à la charge du résidentiel (recommandation d’un comité de travail émise le 22 août dernier). Qu’est-ce qui est fait pour contrer les tendances observées dans plusieurs grandes métropoles où les quartiers centraux sont réservées aux plus riches de la société?

-31-

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :