Commission des finances de la Ville de Montréal : faits saillants, journée du 5 décembre

7 Déc
lucille-et-ppcommfinances-dec15

Sur la photo : Lucille Mallette et Pierre Pagé

Y’a pas d’âge pour apprendre… un tas de choses sur l’administration de notre ville.

Le directeur général et le directeur du Service des Finances nous ont fourni des informations très surprenantes. Dès leur arrivée en poste en 2013-214, ils ont découvert 34 unités ou services qui travaillaient chacun de leur côté, en silo, chacun ayant son responsable des finances, des ressources humaines, des opérations, etc. La direction générale n’avait pas le portrait d’ensemble ni les outils informatiques à jour pour suivre l’évolution de la machine, et pas d’objectifs précis et quantifiables à atteindre. La direction des finances, par exemple, n’avait pas de système pour numériser des milliers de factures, encore moins pour les payer rapidement; le service des relations humaines faisait la plupart des opérations à la main, il y avait plusieurs systèmes de paie, de gestion des caisses de retraite, etc. Pas étonnant que la machine de la Ville soit allée dans tous les sens, même les sens interdits!

Un premier vrai budget d’ensemble a été mis en place en 2015, avec des objectifs et des cibles à atteindre et l’évaluation de leur atteinte. Plusieurs mesures importantes seront prises dans le budget 2017, pour améliorer le climat de travail, continuer de faire reculer l’absentéisme et les accidents, former des contremaîtres, préciser davantage les devis pour les travaux, payer plus vite les fournisseurs et ainsi augmenter le nombre de soumissionnaires, trouver de meilleurs prix pour la location de locaux, continuer la mise en place d’un plan d’envergure pour se doter d’outils informatiques à jour et ainsi rattraper 10 ans de retard… par rapport à la Ville de Québec! Le Service de la performance organisationnelle établit des méthodes de comparaison avec des villes comparables et souligne pour chaque service ce qui doit être amélioré en cours d’année. Cela nous aide à juger du progrès ou du recul!

Ces quelques exemples nous démontrent que la grosse machine avance, a des ratés, puis repart. Change-t-elle assez? Change-t-elle de la bonne façon? Par exemple, la perte de contribuables vers les banlieues diminue, le nombre d’inspecteurs en salubrité des logements augmente. Change-t-elle pour le mieux, du point de vue du citoyen montréalais qui en arrache et qui voit peu de résultats à court terme?

Voilà des questions qui nous traversent l’esprit et le cœur au fil de ces jours. Vigilance est notre motto!

Pierre Pagé, Lise Lauzon, Johanne Dion, Lucille Mallette, Jeanie Baudchon

Advertisements

2 Réponses to “Commission des finances de la Ville de Montréal : faits saillants, journée du 5 décembre”

  1. Pierre Madden 7 décembre 2016 à 17 h 15 min #

    On sent l’ambiance dans le texte. Ça se comprend. Quel cafouillis d’incompétence et de bonne volonté! Faut-il pleurer, rire ou rager?
    Mes suggestions : peut-on connaître les noms des personnes que vous avez rencontrées? Par souci de transparence, peut-on voir les documents mentionnés dans l’article: les objectifs et les résultats? Ceci fait partie du devoir et de la responsabilité de nos élus et de ceux qui travaillent pour eux.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment ce contenu :