Répit pour les commerçants, pas pour le résidentiel!

6 Déc

 

Budget 2016 Ville de Montréal

Faits saillants selon vos représentants Lucille M. et Pierre Pagé à la Commission des finances

Encore une belle hausse du taux de taxes foncières pour le secteur résidentiel. Une hausse moyenne de 1,9%, elle ne dépasse pas le taux d’inflation..si on calcule comme la Ville selon le Conference Board, et non selon une très large majorité d’experts, dont l’Institut de la Statistique du Québec. Étonnant!

Encore une hausse qui voudra dire, pour les propriétaires résidentiels des quartiers centraux et autres où l’évaluation foncière augmente beaucoup, une hausse moyenne des taxes de 4, 6, 8% …. Répétition.

Encore une hausse centrale à laquelle il faut ajouter les taxes d’arrondissement, qui peuvent venir ajouter 1,8%, par exemple dans le Plateau pour le total moyen de 3,7%, le plus élevé en ville. Attention, en consultant bien les pages 37 à 41 du document de la Ville, (http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/SERVICE_FIN_FR/MEDIA/DOCUMENTS/2016_budget_final_20151125_15h.pdf ), on note que plusieurs arrondissements ont des taux de taxes d’arrondissement plus élevés. Mais au total, le Plateau comme les quartiers centraux écopent d’un montant beaucoup plus élevé car c’est dans ces quartiers que l’évaluation grimpe le plus.

Un premier exemple: une unifamiliale moyenne évaluée à $602 404 du Plateau passera de 4880$ à 5089$, une hausse de 202$ ou 4,3%. Un second exemple : un multiplex de 3 à 5 logements dans le Sud-ouest de 416 379$ passe de 3556$ à à 3643$ pour une hausse de 86$ ou 2,4%. Dur à avaler quand ça se répète depuis 10 ans! N’oublions pas que ce sont des moyennes. Donc Montréal pour tous n’obtient pas de répit encore cette année. Même si la valeur foncière de l’île augmente de 2 Milliards!

Au moins il y a enfin du répit pour les commerçants! Nous sommes d’accord avec l’administration Coderre là-dessus, et avec l’opposition officielle, sur ce coup de barre pour développer les emplois et les entreprises à Montréal. Nous ne sommes pas d’accord avec un répit pour les grandes chaînes, banques et entreprises qui ne sont pas en difficulté. Une conseillère municipale de Côte-St-Luc a déposé un document choc sur un les cours de triage sur l’Île de Montréal appartenant aux entreprises de chemin de fer CP et CN. Depuis plusieurs années, l’évaluation des cours de triage sur l’île augmente beaucoup moins que la moyenne de l’évaluation des autres immeubles non résidentiels et des immeubles résidentiels : « …potentiel fiscal de 370M$… » Pourquoi baisser ceux qui ne paient pas leur juste part? Il y a un grand risque de transfert du fardeau fiscal à la charge du secteur résidentiel. Et le résidentiel n’en peut plus. La Commission a demandé un avis urgent au Service de l’évaluation sur ces points. À suivre de très près au Conseil municipal du lundi 14 décembre. Nous y serons!

Advertisements
%d blogueurs aiment ce contenu :