Un autre service à la Commission des finances: habitation et urbanisme

19 Déc

Service de mise en valeur du territoire ( habitation et urbanisme)

Montréal pour tous a remarqué cette année trois évolutions bienheureuses: le dg de la Ville était très présent et actif lors de tous ces travaux. Plusieurs élus de l’administration responsables de dossiers y sont aussi venus expliquer leurs choix. Plusieurs élus de l’opposition (surtout Projet Montréal et aussi l’équipe de Lorrainne Pagé (ex-Mélanie Joly) sont venus poser des questions très pertinentes.

À nos questions très serrées sur la lutte aux propriétaires délinquants qui ne respectent aucune norme de salubrité, humanité (exemple : chauffage) et respect des locataires, le responsable à l’exécutif et maire de Côte-des-neiges/NDG, Monsieur Russell Copeman a d’abord rappelé que le mandat de la ville était limité mais précis : de par la loi, la ville est responsable de faire respecter des normes minimales d’habitabilité par ses inspecteurs, ses avis de non conformité, ses amendes. Par exemple dans Côte-des-neiges, la Ville a réussi à faire fermer un immeuble à maisons de chambres insalubres en privant le propriétaire des loyers. Encore a-t-il fallu trouver des logements temporaires en remplacement. La Ville fait mal aux délinquants de ce genre en émettant un avis de détérioration, ce qui rend la vente très difficile et à prix moindre car cet avis est obligatoire, il doit être apposé dans l’acte de vente. 85% des avis de conformité sont réglés dans un délai raisonnable mais il y a un 15% de durs à cuire. Un coffre à outils pour les questions d’insalubrité est en cours d’amélioration constante.

Un autre enjeu dans le domaine de l’urbanisme a été soulevé par divers élus : comment fera-t’on pour tenir compte de l’augmentation de plus du double du nombre d’artères dans la Réforme du financement des arrondissements, donc de l’augmentation de la quantité de travail des urbanistes et ingénieurs alors qu’il y a d’importantes réductions de personnel? Les réponses furent claires : faire plus avec moins, être plus efficaces, coordonner le travail avec les arrondissements sans tout centraliser. Mais on reste sur notre faim et c’est à suivre de près….le diable est dans les détails.

Advertisements
%d blogueurs aiment ce contenu :