Faits saillants de notre participation à la Commission des finances et de l’administration sur le budget 2014

10 Fév

Faits saillants de notre participation à la Commission des finances et de l’administration sur le budget 2014

 

Nous étions 5 personnes représentantes de Montréal pour tous à participer activement à tour de rôle durant 6 jours aux travaux de la Commission des finances et de l’administration de la Ville de Montréal. Nous y étions pour une troisième année et encore une fois quasiment les seuls parmi le public mais nous avons pleinement profité de nos droits de parole pour questionner chacun des chefs de services.

Nous avons observé avec grand plaisir que de nouveaux jeunes élus (2 de Projet Montréal, une du groupe Mélanie Joly) avaient lu avec attention les documents et questionnaient avec pertinence!

 

Voici les faits saillants:

-les élus et nous sommes d’accord sur les principaux diagnostics : la Ville dépense beaucoup trop, elle n’a pas assez d’argent pou investir ce qu’il faut dans la réfection des routes, des conduites d’eau, des conduites d’eaux usées, des immeubles et dans le transport public. Il y a un dangereux déficit d’entretien à tous ces niveaux, ce qui exige de dépenser pour colmater les urgences.

 

Pendant ce temps, les contributions pour les fonds de retraite sont passés en quelques années de 200 à 600 millions et la masse salariale ( rémunération globale en salaires, bénéfices marginaux et retraite) a explosé et est de plus de 40% plus élevée que celle du gouvernement du Québec pour ses fonctionnaires.

 

-l’administration Coderre freine en 2014 les dépenses qui n’augmentent que de 1,3%, soit beaucoup moins qu’en 2013; mais elle augmente tout de même ses contributions de 2,3% à la Sécurité publique ( pompiers police), alors qu’elle demande une baisse de 5% aux autres services; et elle diminue sa contribution à la STM, ce qui va obliger cette dernière à augmenter ses prix ou réduire ses services. Impensable!

 

–l’administration Coderre ne donne aucun répit aux contribuables des quartiers centraux où l’évaluation augmente encore et où le compte de taxes va augmenter pour un grand nombre de 3 à 6% environ. Elle promet une grande rationalisation des dépenses pour 2014. Le nouveau directeur général de la Ville, M. Alain Marcoux a une grande expérience de direction à la Ville de Québec où il a été le fonctionnaire no. 1 sous le maire L’Allier puis le maire Labeaume. Ses interventions ont été fortement remarquées car elles ont illustré sa connaissance des dossiers, des paramètres, des grands défis à relever. Il veut impulser toute une démarche

 

Notre conclusion : pour 2014, le seul répit que nous connaîtrons, c’est celui que chacun saura gagner en contestant son évaluation grâce à un dossier solide. Notre rencontre du 10 mars vous donnera plus de précisions.

Voir dans un autre article nos recommandations à la Commission des finances et de l’administration pour le budget 2014

Advertisements
%d blogueurs aiment ce contenu :