Archive | Plan triennal d’immobilisations (PTI) RSS feed for this section

De gros défis pour le nouveau DG de la Ville de Montréal, et pour le prochain gouvernement du Québec!

4 Sep

La Ville de Montréal a un nouveau directeur général, M. Serge Lamontagne depuis le 23juillet dernier. Il succède à M. Alain Marcoux qui a été en poste durant tout le mandat de Monsieur Coderre qui a duré de novembre 2013 à novembre 2017.

Montréal pour tous veut rendre un hommage à M. Marcoux en soulignant ses principaux apports puis inciter M. Lamontagne à améliorer nettement ce qui a été mis en place. Nous appuyons nos points de vue sur notre expérience vécue de citoyens bénévoles et non partisans ayant participé assidûment aux divers forums de consultation publique institués par la Ville de Montréal : commission sur les finances et l’administration, conseil municipal, commission de la présidence du conseil, sur des sujets d’importance (prévisions budgétaires, programme triennal d’immobilisations, rapport du Vérificateur général, évaluation et taxation foncière). Nous voulons continuer à participer activement durant le mandat de M. Lamontagne.

Monsieur Marcoux nous a surpris dès notre premier rendez-vous obtenu avec lui. Durant la campagne électorale de 2013, le programme électoral de Monsieur Coderre nous avait déçu : il était quasi inexistant sauf dans le domaine des nouvelles technologies. Et les 3 précédents dg en place sur une courte période de 4 ans ne nous avaient nullement impressionnés : ils ne manifestèrent pas un réel intérêt à nous rencontrer ni à connaître nos demandes. Monsieur Marcoux, avec le président du Comité exécutif Monsieur Pierre Desrochers et le directeur des finances Monsieur Yves Courchesne, nous ont informé qu’ils apprécient la participation citoyenne, qu’ils vont l’encourager . Ils vont améliorer l’accès aux documents et aux chiffres des budgets. Ils sont ouverts à la discussion publique sur la base de leurs diagnostics précis puis de leur vision d’ensemble et enfin de plans d’action sur plusieurs années. Nous n’avions peu vu de tels documents auparavant.

M. Marcoux accepta de débattre régulièrement avec les élus, les employés et les citoyens puis de mettre en marche des Programmes de rénovation des infrastructures routières et de l’eau, de mise à jour des nouvelles technologies, un autre de contrôle de l’évolution de la main d’oeuvre, un plan de réduction des accidents de travail et des absences au travail. Il a mis en place un nouveau secrétariat de la performance organisationnelle qui a poussé les services à mieux évaluer et comparer leurs coûts et rendements. Il a instauré des processus permettant de meilleures redditions de compte, comprenant les revenus et dépenses réelles par rapport aux prévisions. Il a mis en place une vraie équipe de direction qui chapeaute et oriente l’ensemble des services municipaux.

Bon nombre d’avancées marquantes dans plusieurs de ces domaines ont été possibles grâce à l’appui politique du Maire Coderre et du président du Comité exécutif Monsieur Desrochers. Elles ne peuvent occulter quelques failles majeures auxquelles le nouveau dg devra proposer des correctifs. Nous n’avons pas obtenu à ce jour un tableau complet et précis de l’état du programme quinquennal de main d’oeuvre: après 4 ans de participation citoyenne, nous demeurons presque complètement découragés de ne pas connaître exactement le nombre d’employés et leurs titres afin de savoir si les réductions annoncées sont au rendez-vous, si les travaux donnés à l’extérieur de la fonction publique municipale augmentent ou pas, si le temps partiel prend plus de place.

Ces données ont toute une incidence sur le contrôle serré des dépenses de plus de 5 Milliards $, dont celles du personnel qui en constituent le plus gros poste. Et c’est d’autant plus inquiétant quand on consulte les données comparatives de la plus récente publication en novembre 2017 de l’Institut National de la statistique du Québec. Les écarts dans les rémunérations de la grande majorité des emplois demeurent toujours grandement favorables au secteur municipal quand il est comparé à celui de l’administration québécoise et à plusieurs autres (sociétés d’état, salariés québécois syndiqués, etc.)

M. Lamontagne a tout un contrat en ces domaines, sachant que plusieurs conventions collectives viennent bientôt à échéance. Et ce, dans un climat où les syndicats se sont déclarés nettement insatisfaits du travail de Monsieur Marcoux, bien que la rémunération globale des personnels dépasse celles de bien des Montréalais et celles des fonctionnaires provinciaux! Nous pensons que le nouveau dg doit porter une attention particulière aux demandes de ceux et celles qui sont à l’oeuvre au quotidien. Il y a certes de grands nœuds quelque part dans la machine au plan de l’organisation du travail.

M Lamontagne doit aider l’administration Plante-Dorais à trouver d’autres sources de revenus afin d’éviter de recourir à une nouvelle hausse de taxes foncières. Ces hausses répétées, liées de près aux augmentations des valeurs foncières, poussent bon nombre de personnes âgées hors de leur résidence et « étranglent » bien des petits commerçants. Il doit trouver des arguments très forts pour convaincre Québec et Ottawa de cesser la baisse tendancielle de leurs contributions observée de 2006 à 2017 dans les redditions de compte disponibles. Il doit épauler avec vigueur la Mairesse dans ses représentations auprès des candidats des divers partis à la présente élection provinciale afin d’obtenir des sources récurrentes de revenus et d’éviter que les hausses de taxes ne reviennent comme unique solution!

L’obtention de nouvelles ressources risque fort de ne pas se concrétiser avant le prochain budget 2019, lequel inclura une nouvelle hausse de taxes. Nous demandons dès maintenant une nette amélioration du « Programme québécois de Subvention aux aînés pour faire face aux hausses de taxes foncières » : ses critères sont beaucoup trop restrictifs, tels que maison unifamiliale, revenu inférieur inférieur à 50 000$, hausse de taxes dépassant de 7,5% la moyenne observée, etc. Le nouveau dg peut accroître la pression sur Québec afin d’obtenir du Ministre Leïtao ou de son successeur un soutien permettant aux personnes âgées de demeurer dans leur milieu de vie. De telles mesures favoriserait l’ accroissement de la confiance des citoyens envers leur administration.

Le groupe Montréal pour tous a pour mission d’encourager les contribuables à comprendre le fonctionnement de la Ville, ce qui inclut la compréhension de l’évaluation et de la taxation foncières, et des mécanismes de participation et de recours à leur disposition.

Pierre Pagé, Johanne Dion, Lucille Mallette, Jeanie Baudchon, pour MontréalPourTous.

Advertisements

Bref portrait des finances de notre ville et un espoir en 2019!

13 Fév
  1. Rions ensemble si vous avez raté cette image hier
  2. De bons points
  3. De mauvais points
  4. Un espoir pour le budget et PTI 2019

 

  1. Rions ensemble si vous avez raté cette image hier

votremaisonvuepar

 

  1. Les bons points :

Notre ville avance vite: il y a beaucoup plus de travaux faits ces dernières années (le double de 2013), mieux faits (pas toujours), sans trop de retard ni de corruption (apparente!) et avec de meilleures comparaisons avec d’autres villes, avec moins de postes-clés confiés au privé. Et corrections des erreurs de Griffintown (pas d’écoles ni de commerces locaux).

De gros investissements ( 6 Milliards sur 3 ans) se poursuivront durant les 3 années à venir dans beaucoup de secteurs et quartiers de la ville, sous et sur les rues: voici des exemples :

123 Millions$ rue Ste-Catherine, 72 M$ Boulevard Pie-IX, 61M $ Plaza St-Hubert, 165M$ Parc Jean-Drapeau, divers centres de traitement des matières résiduelles 211M$, Arénas mises aux normes 50M$, Bibliothèques 63M$ Piscines : 76M$, Quartier des spectacles : 58M$, Campus Outremont : 44M$

Immeubles et protection et remplacement de véhicules de la Police et des pompiers 201M$, nouvelles technologies de l’information : 224M$, renouvellement des expositions permanentes de plusieurs musées. Etc. Tout cela avec nos taxes, des subventions de Québec, des contributions des autres villes de l’Île et des emprunts importants.

3) Les mauvais points :

De 1976 (jeux Olympiques) à 2013 environ, la Ville a très très peu investi dans ses infrastructures et ses fonds de retraite. Il y a donc de terribles déficits d’entretien et de contribution, dont certains diminuent lentement :

-déficits majeurs d’entretien des conduites et installations d’eau potable et eaux usées, des rues et artères, des technologies de l’information, des immeubles;

-déficit dans la contribution de l’employeur (la Ville) dans les fonds de retraite d’employés.

4) Notre espoir :

Que l’administration municipale nous présente avant l’adoption du budget 2019 un vrai portrait d’ensemble avec des choix de solutions à moyen terme, et qu’elle en discute avec les citoyens en toute transparence.

Pierre Pagé, Lucille Mallette, Johanne Dion, Jeanie Baudchon, Lise Lauzon, pour

« Montréal Pour Tous »

Aidez-nous à recruter de nouveaux membres pour augmenter notre influence. Demandez-nous notre feuillet.

Commission des Finances sur l’Eau: comme si vous y étiez!

12 Fév

Bonsoir/Bonjour

1) Rions un peu

2) Des félicitations, des dons et un bémol:

3) En Direct de la Commission des finances : grand débat sur l’Eau

1) Rions d’abord un peu, grâce à 2 membres qui nous ont fait connaître ces images:

Images intégrées 1

2) Des félicitations, des dons et un bémol:

Plusieurs membres de notre réseau nous félicitent de notre travail. Nous vous en remercions. Nous remercions également celles et ceux qui ont répondu à notre campagne de dons. Il est encore temps. Vous pouvez le faire en cliquant sur « Faire un don» en haut à gauche. Ces dons nous aident à participer à des conférences, à offrir un montant à un stagiaire, etc.

Un bémol à nos critiques de la hausse récente des taxes nous est parvenu : « L’absence de hausse de taxe n’était pas la promesse centrale de (ndlr: la mairesse Madame) Plante. Nous ne sommes pas que des contribuables, c’est énervant à la fin de voir la Ville comme une simple dépense.» Qu’en pensez-vous?

3) En Direct de la Commission des finances : grand débat sur l’Eau et la hausse de taxes de l’eau.

Nous avons recueilli des informations précieuses  lors des travaux de la Commission mardi le 6 février sur le dossier de l’Eau et des eaux usées. C’est un bon gros morceau des investissements qui servent à réparer des conduites mais aussi à créer des bassins de réserve d’eau potable et de rétention temporaire d’eaux usées, une nouvelle usine d’ozonation afin de réduire les rejets de médicaments et autres bactéries dans les eaux du fleuve, etc.

Voici la question que nous avons posée: « pourquoi il faut encore augmenter les contributions dans la Réserve de l’Eau, en haussant la taxe de l’eau de 1,1%, sachant que lors des années précédentes, on nous avait dit que les prévisions d’investissements étaient solides? »

La réponse vient d’abord du Président de la Commission qui n’est pas un élu de projet Montréal. La réserve de l’eau a été créé en 2009pour faire face aux surprises incessantes, vu le mauvais état des conduites (30% de perte) et les besoins en nouvelles installations. Certaines années, les élus ont refusé de la regarnir. En 2018, la nouvelle administration a décidé de la regarnir.

Puis le responsable à l’exécutif de ce dossier, M. Sylvain Ouellette, ne fait pas de pirouette. L’administration précédente a bien investi dans ce domaine, nous le reconnaissons. Vu que le Service de l’eau a réalisé plus de travaux ces dernières années, et que ce sera encore la cas l’an prochain, la Réserve n’est plus suffisante. De plus, il faut arriver à mettre fin au déficit d’entretien, ce qui suppose de refaire 2%/an de nos conduites. En ajoutant des fonds, on devient éligible aux subventions de Québec et on économise sur les emprunts, ce qui évite de refiler la note aux générations futures.

Reste à voir si le Service de l’Eau/Eaux usées réussira à augmenter la cadence des travaux. Car les entreprises sont aussi sollicitées pour de grands travaux au Pont Champlain, à l’échangeur Turcot, etc.

Pierre Pagé, Lucille Mallette, Johanne Dion, Jeanie Baudchon, Lise Lauzon, pour

« Montréal Pour Tous »

Investissements de la Ville de Montréal 2018-2010

5 Fév

Bonsoir

En direct de la Commission des finances, ce lundi 5 février 2018 :

Beaucoup de positif :

L’administration municipale continue d’augmenter les investissements. Les grosses parts vont aux infrastructures de l’eau et des eaux usées, de la voirie : 2 fois plus qu’en 2014 et des paiements au comptant des travaux, donc moins de dettes reportées à nos enfants et petits-enfants.

Beaucoup de travaux de grand rattrapage en informatique qui vont permettre une gestion financière plus serrée et des prévisions plus réalistes, des correctifs en cours de route dans les grands travaux, une coordination des services plus exigeante, une meilleure prise en compte des réactions et suggestions des citoyens, par exemple dans la surveillance des chantiers. Et aussi de meilleures comparaisons avec les résultats de villes de même taille ( efficacité et aussi meilleur rapport qualité/prix).

-Moins positif :

Québec réduit ses subventions mais il est difficile d’en connaître l’ampleur. Cela retombe à la charge des contribuables.

Québec accorde depuis 1992 un rabais de 40% sur l’évaluation des chemins de fer et cour de triage. Va falloir faire pression durant la prochaine campagne électorale pour changer cela!

La dette nette augmente d’un milliard depuis 2010 mais reste contrôlée (à 12% des dépenses).

Montréal continue de payer pour les années où le Maire « trop célèbre » Drapeau n’ a pas payé la part employeur pour les fonds de retraite : 57 Millions $ payés au budget 2018!

Beaucoup d’investissements d ela Ville mais l’estimation des économies à venir pour le contribuable et de leurs effets ultérieurs sur nos comptes de taxes reste à faire!

À venir demain: c’est le gros dossier de l’eau. Dossier où l’administration a ajouté une taxe de 1,1%.

Pour en savoir plus et vous faire une idée si c’est justifié, voici des liens éclairants. Bonne lecture!

http://plus.lapresse.ca/screens/25faf884-5443-4484-b707-a5adbe50c2a6|_0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/518951/montreal-veut-poursuivre-son-rattrapage-en-matiere-d-infrastructures

http://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/201801/30/01-5152066-montreal-le-fonds-de-leau-pratiquement-a-sec.ph

Pierre Pagé, Lucille Mallette, Johanne Dion, Jeanie Baudchon, Lise Lauzon, pour

« Montréal Pour Tous »

« Citoyens, surveillez de près vos intérêts: les autorités publiques,

qui comme chacun
sait, disposent de moyens illimités, parce que c’est

votre argent qu’elles utilisent. »

Au lendemain de l’élection à la Mairie de Montréal

24 Nov

Bonjour

0040-57-4069-00-04_bigger                      C59DmQoWcAATHiS

1) Nous avons acheminé nos félicitations à tous les élu-e-s;
2) Nous avons acheminé notre première demande au nouveau président du Comité Exécutif;
3) Prochaines étapes de notre travail;
4) Un outil passionnant pour comparer les coûts des services que nous payons.

1) Nous avons acheminé nos félicitations à tous les élu-e-s. Nous nous réjouissons de la composition d’un Conseil municipal fort, d’une première mairesse surprenante, d’une opposition intéressante, incluant une première élue autochtone, une ex-présidente du Conseil des Montréalaises.

lettreeluesfelicitationselections2017
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066144/marie-josee-parent-premiere-elue-autochtone-montreal-elections-coderre

2) Première demande au nouveau président du Comité exécutif, M. Benoît Dorais: une hausse de taxes limitée au vrai taux d’inflation dans le prochain budget et un premier rendez-vous.
lettreBDoraispresCE18nov2017

3) Prochaines étapes : prochain Conseil municipalhistorique le lundi 27 novembre à 19h00 :venez-vous avec nous? prochain PTI (investissements) à la mi-décembre, prochain Budget mi-janvier : on y sera!

4) Pour s’y préparer; un outil passionnant du CPP HEC, qui compare le coût du Service de la Police de Montréal par rapport aux autres villes du Québec, ceux de l’eau, des infrastructures, etc. Et un texte explicatif.

http://cpp.hec.ca/palmares2016/index.html

http://cpp.hec.ca/wp-content/uploads/2017/10/PP-2017-02.pdf

Bonne lecture, P. Pagé, J. Dion, L. Lauzon, L. Mallette, J. Baudchon et G. Thériault

pour Montréal Pour Tous

Nos derniers éclairages sur le choix du Maire de Montréal le 5 novembre

3 Nov

Bonjour,

1) Commençons par rire un peu..jaune

 

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le 3e thème : taxes et mixité des quartiers

 

3) Pour éclairer votre choix final: des prises de position pour et contre

 

1) Commençons par rire un peu  jaune : cet arbre symbolise la situation actuelle d’un propriétaire qui vit dans sa résidence depuis longtemps, qui a des racines, qui vit l’érosion de ses revenus de travail ou de retraite mais que les hausses de taxes poussent vers le précipice soit l’abandon de son quartier!

Images intégrées 1

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème des taxes et mixité sociale des quartiers

Nous rappelons ici l’essentiel de nos demandes telles que formulées dans notre lettre ouverte publiée par Le Devoir du 6 octobre :

– « Nous n’avons pas réussi à faire en sorte que l’administration Coderre reconnaisse que la hausse des taxes dépasse le taux d’inflation réel, que l’évaluation foncière est à la hausse à Montréal depuis plusieurs années. Elle ne reconnaît pas que ce taux d’inflation s’applique dans un grand nombre de cas à une évaluation en hausse et qu’il existe une surévaluation des propriétés résidentielles de cinq logements et moins dans plusieurs quartiers recherchés. »

– Nous avons demandé à l’administration Coderre de réviser son analyse, de faire le point avec les citoyens dans les quartiers, d’envisager des solutions novatrices pour atténuer ces hausses importantes, récurrentes et brusques. http://www.ledevoir.com/politique/montreal/509645/l-administration-coderre-doit-reviser-son-programme-de-hausses-de-taxes

Équipe Coderre n’a pas répondu à nos demandes. Nous en concluons qu’elle maintiendra ses positions du premier mandat de 4 ans durant le prochain mandat: plafonnement des hausses de taxes foncières à la hauteur du taux moyen estimé d’inflation, étalement de la hausse de l’évaluation foncière sur trois ans, contrôle serré et réduction des dépenses, mesures pour attirer de jeunes familles. Lorsque nous avons demandé des mesures supplémentaires, la réponse reçue fut : vous allez faire un coup d’argent quand vous vendrez ! Nous en avons conclu que l’administration actuelle considère l’habitation d’abord comme un lieu d’investissement et d’enrichissement et ensuite seulement comme un milieu de vie.

L’administration Coderre et son Service de l’Évaluation foncière ont répondu favorablement à notre exigence d’information sur l’évaluation d’une propriété, les comparaisons utilisées, l’explication du rôle foncier. Elle a aussi appuyé nos démarches vis-a-vis Québec pour exiger des augmentations du crédit trop faible de solidarité pour impôts fonciers. Par contre, ils ne se prononcent pas sur la possibilité d’instaurer une surtaxe de 15% aux acheteurs étrangers similaire à celles de Vancouver ou de Toronto et une taxe sur la revente rapide comme à Paris, un programme d’aide aux propriétaires en difficulté (propriétaires occupants de longue durée à revenus fixes ou faibles, jeunes propriétaires qui veulent élever en ville leur famille), appelé report des impôts fonciers et en place ailleurs au Canada.

Équipe Valérie Plante promet de plafonner les hausses de taxes foncières des propriétaires occupants à la seule inflation, comme le fait l’Équipe Coderre. Elle réalisera son programme sans hausse de taxes. Elle veut dégager une marge de manœuvre financière pour la Ville par une meilleure gestion et une meilleure priorisation des dépenses de l’administration et des investissements, effectuer des démarches auprès du gouvernement du Québec afin de récupérer une portion de la taxe de vente du Québec (TVQ) dépensée sur le territoire montréalais.

Elle semble ouvrir la porte à des changements dans la fiscalité foncière (mesures de taxation plus équitables que celles en place actuellement; à plus long terme, réformer en profondeur la fiscalité montréalaise pour éviter de pénaliser les « bons » propriétaires et pour récompenser les comportements désirables; appliquer la notion de « taxe équitable » dans l’impôt foncier afin de donner un répit aux petits propriétaires (tant résidentiels que commerciaux) qui prennent soin de leurpropriété.) Cela reste vague, donc beaucoup à préciser.

Elle rejoint nos demandes sur des points importants: encourager les propriétaires occupants d’immeubles à revenus à les rénover, par la mise sur pied de congés, crédits ou gels de taxes sur une durée limitée ou par un programme de subvention directe qui atténuera les hausses de loyer pour les locataires; créer une taxe spéciale d’achat immobilier pour les investisseurs étrangers non occupants afin de limiter les impacts de la spéculation. Elle veut empêcher le recul des commerces de proximité : ajuster les taux de taxation selon la vocation commerciale ou communautaire et l’emplacement de l’établissement et appliquer des mesures de type « Robin des Bois », comme à Québec, afin de répartir le fardeau fiscal plus équitablement entre les grandes surfaces, les commerces sur les artères commerciales et les organismes à but non lucratif;

Notre conclusion sur ce thème des taxes et de la mixité sociale des quartiers:

Lors d’une campagne électorale, les candidats sont en mode séduction et traitent peu de grands axes prioritaires tels que plan stratégique, gouvernance, cadre financier, etc. qui sont pourtant « le nerf de la guerre ».

L’Équipe Coderre a augmenté les taxes foncières plus qu’il ne l’avait promis en 2013 : il s’était engagé à maintenir les hausses de taxes sous l’inflation. Son administration s’est plutôt fiée aux projections qui surestiment l’inflation depuis plusieurs années au lieu d’accepter notre demande d’utiliser le taux réel d’inflation  . Ainsi, les taxes municipales ont augmenté de 7,5 % depuis quatre ans à Montréal, alors que l’indice des prix à la consommation a progressé durant cette période de 4,8 % dans la région, selon Statistique Canada.

L’Équipe Coderre refuse d’analyser avec les citoyens concernés les hausses d’évaluation foncière dans les quartiers recherchés et les remèdes existants depuis longtemps ailleurs. Elle protège jalousement ses revenus de taxes. Elle pense avoir des marges de manœuvre avec les nouvelles lois de la Métropole, pour par exemple dédommager les commerçants durant les travaux. Elle veut réduire les taux de taxes des entreprises, des institutions et des commerces mais sans prioriser les petits commerçants qui en ont grand besoin.

L’Équipe Valérie Plante fait preuve de plus d’ouverture sur les questions d’aide aux petits propriétaires, petits commerçants et locataires, elle sera plus ouverte à la discussion publique de ces questions, dont celle d’une surtaxe sur les achats par les propriétaires étrangers. Il lui reste à harmoniser ces éléments de programme avec son cadre financier, lequel doit être beaucoup précisé.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1064746/verif-cadre-financier-non-equilibre-incomplet-valerie-plante-projet-montreal

3) Pour éclairer votre choix final: des prises de position pour et contre

Sur nos 3 thèmes analysés, nous pensons que c’est le moment d’aller plus loin et plus en profondeur. L’Équipe Coderre veut continuer le travail fait. L’équipe Valérie Plante veut aller plus loin et plus en profondeur. Pourra-t’elle, saura-t’elle le faire? C’est à voir.

À vous de choisir pour l’ensemble du travail de la Ville de Montréal. Voici des références variées qui peuvent vous aider:

Éditorial La Presse pro-Coderre

http://plus.lapresse.ca/screens/a6cbd3bd-b6b4-4e65-999f-a81ed20b6599|_0.html

Position pro-Valérie Plante du Journal de Montréal

http://www.journaldemontreal.com/2017/11/03/pourquoi-valerie-plante

Bref inventaire des promesses faites en 2013 par le candidat Coderre: celles tenues, à moitié tenues et non tenues

http://plus.lapresse.ca/screens/62bc03aa-8665-460c-8fd6-36a4577b6ded|_0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen

Bon Vote le 5 novembre, Pierre Pagé, Lucille Mallette, Jeanie Baudchon, Johanne Dion, Gilles Thériault pour Montréal Pour Tous

Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème du contrôle des dépenses

2 Nov

Bonjour

1) Commençons par rire un peu

caricatCotelesoleil

2) Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème du contrôle des dépenses

Voici nos recommandations non partisanes suite au travail fait par notre groupe Montréal Pour Tous. Elles se fondent sur notre présence à 3 débats publics, notre suivi des médias, des éléments des programmes électoraux et des déclarations de l’Équipe Coderre et de l’équipe Valérie Plante et sur notre expérience pratique de participation durant 6 années à la Commission des Finances.

Le contrôle plus étroit des dépenses est un thème qui a des incidences majeures sur les niveaux de taxes foncières. Voici les réponses à nos questions sur le contrôle des dépenses fait depuis 4 ans et le contrôle à augmenter lors des 4 ans à venir.

Accès aux documents de base

Équipe Coderre

Refus de notre demande de fournir copies des budgets et programme triennal d’investissements (PTI) 2 semaines avant le début des travaux de la Commission des finances.

Équipe Valérie Plante

Leurs élus membres de la Commission des finances ont appuyé notre demande (documents 2 semaines avant).

Plan stratégique sur 20 ans proposant une vision enlevante du Montréal de demain.

Équipe Coderre a mis en marche plusieurs plans stratégiques par activités (eau, culture, patrimoine, économie de Montréal et celle du centre-Ville, etc.) Mais aucun plan stratégique d’ensemble alors que la Ville de Calgary en a un! Ce plan permettrait d’éviter la dispersion dans un trop grand nombre de projets majeurs et d’être moins dépendant des projets des grands promoteurs. Aucun engagement sur qui va faire un tel plan, comment et quand?

Équipe Valérie Plante a une vision d’avenir en transport, mobilité, création de milieux de vie
abordables, sécuritaires et dynamiques, réduction de l’étalement et de la pollution, développement durable. Mais pas de plan stratégique d’ensemble. Aucun engagement sur qui va faire un tel plan, comment et quand?

Article de The Gazette et un de Voir illustrant bien cela :

http://montrealgazette.com/news/local-news/2-visions-for-development-in-montreal-election

https://voir.ca/jean-felix-chenier/2017/10/21/un-projet-pour-montreal

Choix de priorités mieux évaluées, chiffrées au départ, mieux comparées et planifiées, résultats obtenus mieux précisés.

Équipe Coderre : Pas de dossiers publics avec les analyses des coûts et avantages comparés d’une course électrique, d’un 2e stade de baseball, d’une nouvelle ligne de métro, d’infrastructures routières plus fluides, de rénovations du Parc Jean-Drapeau. Parlant du Réseau électrique métropolitain (REM), le professeur à l’École d’urbanisme de l’Université McGill, Richard Shearmur, dit : « Je n’ai pas vu de bonnes études expliquant pourquoi investir tous ces milliards dans le REM (…) la vraie question, c’est de savoir ce qu’on va perdre en investissant 6 milliards et pourquoi on fait ce choix. Est-ce le meilleur projet qu’on puisse faire avec cet argent ? ». Des projets à la pièce, pas de plan global.

Équipe Valérie Plante : Pas de dossiers publics avec les analyses des coûts et avantages comparés de ses principales promesses (ligne Rose de métro, ajout de 300 autobus, transport gratuit 3e âge)

Cadre financier: permettant de chiffrer les promesses et engagements

Équipe Coderre : a réussi à baisser les dépenses, a augmenté significativement les dépenses en infrastructures, l’Inspecteur général a mis fin à des contrats, pas de cadre financier pour 2018, mais les budgets 2014-2017 sont garants du cadre financier. Accuse leur adversaire d’irréalisme : promesse de 800 Millions sur un budget de fonctionnement de 5,2 milliards $ et pour les autres engagements, leur estimé est de 3,25 milliards $ sur 4 années.

Plus de détails: http://www.tvanouvelles.ca/2017/10/29/pierre-desrochers-demande-a-voir-le-cadre-financier-de-projet-montreal-1

Équipe Valérie Plante : pas de cadre financier, sauf pour certains engagements en transport public (35 millions $). Oui aux investissements en infrastructures mais avec beaucoup plus de planification, coordination, évaluation, avec moins d’entraves majeures à la circulation. « Les automobilistes restent coincés dans des embouteillages plus longtemps et sur un plus long trajet parce que 200 000 voitures de plus circulent sur l’île et autour de Montréal depuis cinq ans. » Détails dans cet article

http://www.journaldemontreal.com/2017/03/21/les-embouteillages-sont-plus-longs-et-durent-plus-longtemps

Valérie Plante accuse son adversaire d’être mal placé pour critiquer (fausses déclarations sur le nombre de billets vendus Formule E, coûts 375e, coûts rénovations Parc Jean-Drapeau). Veut renforcer le rôle des commissions afin de valoriser le travail de tous les conseillers municipaux. Promesse de fournir un cadre financier? Quand?

Choix de priorités discutés avec les citoyens et acceptés socialement.

Équipe Coderre : a donné un rôle dynamique accru à l’Office de Consultation Publique de Montréal (OCPM) qui a permis à beaucoup de citoyens de s’exprimer. Par exemple sur le projet de développement domiciliaire dans un milieu humide à Pierrefonds. Mais le maire a dit qu’il ne tiendrait pas compte de ce refus de la population. Aussi il ne veut plus de l’obligation de tenir des référendums sur de grands projets sans préciser ce qui les remplacera. Non à un référendum sur le financement d’un nouveau stade de baseball.

Équipe Valérie Plante : appui à une participation citoyenne forte dans les arrondissements où il y a un maire Projet Montréal. Non à l’abolition des référendums. Oui au respect des conclusions de l’OCPM. Oui à un référendum sur le financement d’un nouveau stade de baseball avec l’argent des contribuables.

Des choix et réalisations mieux évalués

Équipe Coderre a institué tel que promis le « Service de performance organisationnelle ». Cela lui donne des moyens et des cibles afin d’évaluer l’efficacité de chacun des grands services, la mesure des résultats et la comparaison avec les meilleures organisations comparables, ceci pour dégager, en bout de piste, des économies. Non à nos demandes de documents publics pour évaluer si les réalisations respectent les échéanciers et estimés et si le contribuable en a eu pour son argent. Accord pour envisager de mettre en place un « ingénieur général ».

Équipe Valérie Plante appuie les travaux du « Service de performance organisationnelle ». Oui à nos demandes de documents publics pour évaluer si les réalisations respectent les échéanciers et estimés et si le contribuable en a eu pour son argent. Accord pour envisager de mettre en place un « ingénieur général ».

Notre conclusion sur ce thème du contrôle des dépenses :

Lors d’une campagne électorale, les candidats sont en mode séduction et traitent peu de grands axes prioritaires tels que plan stratégique, gouvernance, cadre financier, etc. qui sont pourtant « le nerf de la guerre ».

L’Équipe Coderre a de nombreuses réalisations à son actif. Elle affirme vouloir continuer le travail amorçé, surtout sur le plan économique qui entraîne les changements sociaux. Elle n’affirme pas qu’elle doit passer à un niveau supérieur : avoir un plan sur plusieurs années, établir des priorités d’ensemble, prendre le temps de les partager avec les citoyens dans une transparence accrue et ainsi éviter les dépenses qui jaillissent comme ça sans être l’objet d’un consensus. Comme l’affirmaient récemment les éditorialistes du Devoir et de la Presse, le Maire Coderre a fait avancer Montréal, il a des faiblesses importantes, une opposition forte à Montréal est justifiée.

http://www.ledevoir.com/politique/montreal/508806/montreal-et-ses-enjeux-de-l-utilite-d-une-opposition-forte

http://plus.lapresse.ca/screens/a6cbd3bd-b6b4-4e65-999f-a81ed20b6599|_0.html

L’Équipe Valérie Plante a un programme qui apparaît comme le plus ambitieux, avec de nombreuses propositions structurantes. Sur papier, il s’agit pour nous du meilleur choix. Projet Montréal n’ayant jamais jusqu’à présent occupé la mairie de la ville, la principale inconnue demeure sa capacité à réaliser ses ambitions. À ce chapitre, l’expérience des mairies d’arrondissement ayant été sous leur gouverne (Plateau Mont-Royal, Rosemont Petite-Patrie et le Sud-Ouest) peut nous fournir certaines indications.

À suivre : Pour éclairer votre choix du Maire de Montréal le 5 novembre sur le thème de la collusion-corruption puis sur des mesures pour préserver la mixité sociale des quartiers.