Archive | Nos demandes à Québec (au MAMOT, Ministère des Affaires Municipales et Occupatiopn du territoire) RSS feed for this section

Montréal pour tous sur la place publique!

17 Oct

banniererialto7nov16

  1. Nos 2 lettres ouvertes publiées dans les médias en français; l’une d’elles en anglais….
  2. Des articles éclairants pour faire son choix à la mairie le 5 novembre prochain;
  3. Un seul débat public en français et payant en plus: nous fulminons!

1. Nos 2 lettres ouvertes publiées dans les médias en français; l’une d’elles traduite en anglais grâce à une de nos membres sera peut-être publiée. Nos efforts récompensés: la Presse plus a publié ce matin dans sa section Débats notre lettre ouverte intitulée: « Candidat-e-s à la Mairie de Montréal, élevez votre jeu d’un cran. »

http://plus.lapresse.ca/screens/b69b4cbc-e43f-4f6f-8957-7896fc85fbf9%7C_0.html

Cette lettre a été traduite en anglais grâce au travail d’une de nos membres. Elle contient nos 4 questions pour le débat en anglais et a été acheminée aux 3 institutions qui l’organisent le lundi 23 octobre à la salle Oscar  peterson de l’Université Concordia.

Openletter4questionsoct162017

Lire la suite

Advertisements

Richesse ou pauvreté des Québécois

17 Sep

Cet article présente une analyse détaillée et bien nuancée de l’évolution des revenus de la population québécoise. L’auteur critique le choix de réduire les impôts au lieu de grossir les réserves pour les années à venir et les générations futures.

Il est important de mettre en rapport nos préoccupations pour les taxes et impôts avec l’état des revenus. Et de l’état de l’endettement!

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1056119/pauvrete-quebec-richesse?fromBeta=true

Réseau électrique métropolitain (REM): grosses questions.

23 Jan

skytrain

Mobilisation exceptionnelle contre le skytrain de la Caisse de Dépôt et Placement du Québec (CDPQ) et pour les investissements en transport collectif qui serve les utilisateurs et réduise réellement nos émissions de GES.

La Coalition Climat Montréal nous transmet des analyses qui démontrent que CDPQ Infra a choisi la mauvaise technologie – le skytrain – pour son projet de Réseau électrique métropolitain (REM).

-le rapport du BAPE sur le REM, déposé vendredi, qui conclut qu’il ne peut donner d’avis favorable au projet.

-le rapport de deux experts, un de L’ÉTS et un autre de l’École des Sciences de la gestion de l’UQAM. Intitulé « Un skytrain nommé délire », ce document propose pour le même coût, 6 lignes de tramway, 3 stations de métro et la rénovation de 2 trains de banlieue. Il y aurait plus d’usagers desservics et beaucoup moins de Gaz à effet de serre liés à la construction du réseau.

Pour obtenir ce rapport et plus de détails sur la mobilisation en cours: Réseau électrique métropolitain (REM), dont: lundi soir au Conseil de ville de Montréal (le 23 janvier, 18h, 303 Notre Dame Est); le mardi 24 janvier à 10h00, à la Grande bibliothèque, salle 2.130.

www.coalitionclimatmtl.org   ou Trainsparence

 

 

 

Budget 2017, gentrification et vandalisme

30 Nov

Voici l’opinion très pertinente parue dans La Presse de dce matin 30 novembre de deux citoyens du quartier Ste-Marie, Yves Chartrand et Denise Chiasson, sur le thème de la gentrification:

« Si la Ville est sincère dans son désir d’assurer la mixité sociale, il faut qu’elle intervienne maintenant. »

Et Montréal pour tous ajoute ceci: maintenant c’est la période de discussion sur le budget 2017 à la Commission des finances qui va se conclure par un vote au Conseil municipal le mercredi 14 décembre à 14h00.

« Des commerces de la rue Sainte-Catherine Est dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve pour certains et HoMa pour d’autres ont été vandalisés dans la nuit de dimanche à lundi, exprimant ainsi un malaise et une tension grandissante dus à l’embourgeoisement du quartier.

On ne peut sans fin juxtaposer sans vue d’ensemble ni intervention publique gens démunis et gens plus aisés, sans relations entre eux, HLM et condos, bric-à-brac et commerces de luxe, sans s’exposer tôt ou tard à une telle situation.

Ma conjointe et moi habitons le quartier voisin de Sainte-Marie. Il y a de nombreux terrains vacants dans notre quartier, notamment au bord du fleuve, et nous sommes à quelques pas du centre-ville. C’est un ancien quartier industriel et ouvrier, victime de la désindustrialisation et de la destruction massive de logements pour faire place à Radio-Canada, notamment, et la population de notre quartier se diversifie et rajeunit rapidement. Notre quartier est appelé à connaître de profondes transformations dans les prochaines années. Nous avons tenu notre Forum social du Centre-Sud en fin de semaine et il a été notamment question des craintes de plusieurs d’entre nous vis-à-vis de son embourgeoisement.

Un résidant propriétaire du quartier me disait la fin de semaine dernière que l’évaluation par la Ville de Montréal de l’une de ses propriétés avait été haussée substantiellement récemment et qu’il augmenterait le prix de ses loyers en conséquence.

Des familles ont de plus en plus de difficulté à se loger dans le quartier et doivent s’en aller.

Un ami qui y résidait jusqu’à récemment, maintenant déménagé à Saint-Henri, me disait que la rue Notre-Dame, dans son coin, regorge maintenant de restaurants chics et inabordables pour la population traditionnelle du quartier. On se rappelle le raid de « Robins des bois » dans un commerce de produits fins de la rue Notre-Dame, il y a quelques mois.

Si la Ville de Montréal est sincère dans son désir d’assurer la mixité sociale dans les quartiers centraux et de ne pas expulser en douce les plus démunis pour en faire des quartiers bon chic bon genre qui rapportent plus en termes de taxes, il faut qu’elle intervienne dès maintenant et énergiquement.

Il lui faut interpeller Québec et Ottawa et mettre en place des mesures d’apaisement et de contrôle des loyers tant résidentiels que commerciaux pour protéger la vie et la mixité de nos quartiers.

Laisser nos quartiers se développer selon la sacro-sainte loi du marché ne peut entraîner, comme dans toutes les villes du monde, qu’un centre-ville et des quartiers périphériques bien branchés et vidés du pauvre monde.

Comme Montréalais, il nous faut décider quelles sont nos valeurs collectives et dans quelle ville nous voulons vivre et laisser à nos enfants et petits-enfants. La paix sociale a aussi un prix : l’engagement et le dialogue. Dans notre quartier, nous avons la chance d’avoir une communauté active, éveillée et unie. Nous ne laisserons pas notre quartier se développer sans nous avec les seules forces de l’argent. »

Venez avec nous exprimer votre point de vue le 14 décembre à 14h00 à l’Hôtel-de-Ville.

Recommandations à la Commission des finances pour les investissements de la Ville

16 Nov

Pour une 5e année d’affilée, les représentant-e-s  de Montréal pour tous ont pris une part très active aux travaux de la Commission des finances de la Ville de Montréal pour le programme d’investissements (PTI) 2017-1819 qui ont eu lieu du 4 au 11 novembre.

Et nous n’étions pas seuls. Un représentant du Comité logement centre-ville, également abonné de notre groupe, est venu questionner les investissements dans le logement social. Deux représentants de la Coalition Eau Secours impliqué dans le groupe Sauvons l’Anse-à-l’Orme et dans le nôtre sont aussi venus. Notre appel aux groupes a porté fruit!

Une autre belle surprise fut la participation active et dynamique des représentants du Syndicat des cols-bleus. Ils ont informé la Commission de leur expérience positive de collaboration avec les dirigeants du Service de l’Eau qui ont confirmé leurs dires. Ils ont souligné la reconnaissance de l’expertise des employés dans la gestion des réseaux d’aqueduc et d’eaux usées. ILs ont demandé que cela s’étende à d’autres services et que les contrats au privé fassent l’objet de vraies comparaisons avec tous les coûts.

Voici maintenant les propositions que nous avons déposées à la Commission qui peut choisir de les présenter au Conseil municipal pour adoption. On verra bien. Nous exigeons de meilleures performances au niveau de la planification, conception, réalisation, contrôle et évaluation des investissements de la Ville de Montréal.

Notez qu’une de ces propositions, la numéro 7 demande à la Commission et au Conseil municipalde nous appuyer auprès du Ministère des Finances du Québec  d’ élargir et afin d’enrichir le programme Subvention pour aînés relatif à une hausse de taxes municipales instauré en 2015 Lire la suite

Évaluation foncière: soirée réussie le 7 novembre

9 Nov

Montréal pour tous salue les 60 participant-e-s qui ont pris part très activement à notre assemblée au Théâtre Rialto. Nous sommes fiers d’avoir eu des gens de 8 arrondissements de Montréal. Une autre assemblée se prépare à Pierrefonds-Roxboro.

Un grand nombre de questions pertinentes ont été abordées clairement par le Directeur du Service de l’Évaluation foncière. Plusieurs désaccords ont été exprimés sur les exigences de la Loi québécoise de Fiscalité municipale, les méthodes de calcul, le programme d’aide de Québec aux aînés pour atténuer les hausses de taxes foncières, la gentrification. Malheureusement, elles ne relèvent ni de M. Côté ni du Maire Coderre mais de Québec!

Voici un aperçu des informations-clés fournies par Monsieur Côté pour comprendre son évaluation:

-la référence est la valeur marchande, donc le prix que l’on obtiendrait en cas de vente, en date du 1er juillet 2015; ce prix est obtenu en analysant les transactions similaires entre le début et la fin de 2015.

les travaux faits durant la période d’évaluation (du 1/07 2012 au 1/72015) sont prises en compte; Lire la suite

Comité sur la taxation foncière des immeubles non résidentiels: Refaites vos devoirs

29 Août

Montréal pour tous réagit aux Recommandations du Comité de travail de la Ville de Montréal sur la taxation foncière des immeubles non résidentiels

Le lundi 22 août 2016, la Ville de Montréal publiait sur son site internet le Rapport de son Comité de travail sur la taxation foncière des immeubles non résidentiels au http://lickst.at/VDM-MetropoleEnAffaires. Depuis 6 ans, le groupe Montréal pour tous suit de près les questions d’évaluation et de taxation foncières à Montréal. Il informe les propriétaires résidentiels de 5 logements et moins et fait des propositions afin d’améliorer le sort des propriétaires, locataires et commerçants des quartiers centraux. Beaucoup ont des revenus qui stagnent ou augmentent très peu et font face à des hausses très importantes (ou sur-hausses) de taxes foncières depuis plusieurs années.

Dès la création de ce Comité de travail, nous avons demandé sans succès que l’analyse porte tant sur le secteur résidentiel que non-résidentiel afin de présenter une vision d’ensemble cohérente et harmonisée. Puis nous avons salué l’initiative de la Ville de Montréal d’analyser la situation des petits commerçants de proximité faisant face à des hausses pour éviter des fermetures et déménagements comme nous le constations par exemple sur les rues Masson et St-Viateur.

Montréal pour tous a défendu et défend lors de ses représentations dans les instances appropriées plusieurs recommandations du Rapport : l’exigence de ralentir la croissance des dépenses, la nécessité de mesurer et comparer la performance organisationnelle, les nets progrès que l’administration de la Ville fait depuis 3 ans en ce sens.

Nous voyons d’un bon œil la recommandation qui créerait, si Québec l’approuve, deux catégories de propriétaires non résidentiels (500, 000$ et moins, 500, 000$ et plus) afin de respecter davantage les réalités actuelles des entreprises.

De même en-est-il de la recommandation qui instaurerait un crédit de taxes pour les commerces situés sur une rue ou artère subissant des travaux majeurs et de longue durée. Car plusieurs groupes dont le nôtre demandent cela depuis un bon moment. Les recommandations relatives à l’écofiscalité sont aussi pertinentes.

Là où le bât blesse terriblement, c’est dans la pièce centrale du Rapport qui propose d’alléger le fardeau du secteur non résidentiel et d’augmenter celui des propriétaires résidentiels (recommandation 15). Il s’agit selon nous de « déshabiller Paul pour habiller Pierre ». Comme le dit bien un évaluateur de carrière, M. Pierre-René Perrin :

« Le comité a omis de se prononcer sur l’écart du fardeau fiscal entre les quartiers centraux et les périphériques. En appliquant la recommandation 15 comme l’ont fait les villes de Vancouver et Toronto, cela risque de creuser d’avantage l’écart entre les contribuables résidentiels des quartiers centraux et ceux des quartiers périphériques. » Lire la suite