Archive | ville intelligente RSS feed for this section

Le Citoyen payeur de taxes en a-t-il pour son argent? 2e texte sur ce sujet brûlant!

26 Nov

Bonsoir,

Nous avons participé activement aux travaux de la Commission des Finances de la Ville de Montréal, pour une 8e année d,affilée. Cette commission est ouverte aux citoyens et leur permet de poser des questions puis faire des recommandations.

Montréal a créé un nouveau service en 2014 avec un budget d’environ 5 Millions $/an: celui de la Performance organisationnelle. Montréal pour tous a vivement appuyé cette mesure du précédent directeur-général afin que les services et employés s’évaluent et se comparent. Avions-nous raison?

Voici des exemples d’améliorations des façons de faire qui économise temps et argent :

1) Optimisation des paiements aux fournisseurs dont la majorité sont des PME qui souffraient grandement des retards de paiement :

a) Ce qui a été mis en place :

-Diagnostic, redéfinition et implantation des processus d’achat jusqu’au paiement des factures, incluant une capsule de formation pour les employés.

-Développement de tableaux de bord permettant à toutes les unités de connaître leurs délais de paiement des factures mensuellement.

-Accompagnement pointu en fonction des écarts observés auprès des unités qui présentent une moins bonne performance.

-Premier déploiement du système de numérisation et de reconnaissance optique des factures.

b) Bénéfices

-En janvier 2018, le taux de paiement global des factures payées en 30 jours ou moins

s’élevait à 25 %, alors que ce taux atteignait 76 % en août 2018 ou 3 fois plus!

2) Augmentation de la productivité du Service du Matériel Roulant et Ateliers

a) Ce qui a été mis en place:

-Implantation de tableaux de suivi opérationnel visuels standards dans tous les

ateliers mécaniques afin de mieux outiller les gestionnaires et leurs équipes et

d’uniformiser les méthodes de gestion.

-Instauration d’un système de gestion au quotidien (rencontres quotidiennes

entre les différents paliers de gestion).

b) Bénéfices

-Gains de productivité d’environ 665 heures/année à compter de l’année 2018 résultant d’une meilleure organisation de l’information et de la planification du travail pour les contremaîtres ainsi que d’un accès visuel aux pièces en attente.

-Atteinte des objectifs plus rapidement en raison de la gestion au quotidien et du suivi des indicateurs de performance, facilitant ainsi la prise de décision et permettant de réajuster le tir rapidement en cours de route; amélioration du réseau logistique et de la gestion des stocks

c-Bénéfices à venir :

-Réduction de près de 35 % de la quantité d’articles ou de produits entreposés

(soit un gain de 200 000 $ par année au terme du projet) ainsi que des espaces d’entreposage et accroissement du taux de rotation des stocks.

3) Optimisation des travaux publics Amélioration de l’activité de colmatage des nids-de-poule et suivi des actions visant à accroître la qualité des réparations sur la chaussée.

a) Ce qui a été mis en place:

Mise en place de tableaux de bord des délais de résolution des requêtes des citoyens par le 311 pour 9 activités pilotes spécifiquement pour les directions des travaux publics en arrondissement.

b) Bénéfices :

-Économies monétaires d’environ 815 000 $ par cycle de 24 mois associées à l’utilisation du type d’enrobé qui offrait le meilleur rapport durabilité/coût.

-Économies monétaires d’environ 475 000 $ et colmatage de 3 000 nids-de-poule de plus par année grâce à l’utilisation d’un colmatage mécanisé.

Voilà l’essentiel. Vous pouvez aussi lire ces deux articles sur ce sujet parus dans nos médias.

  • Montréal s’améliore mais encore un long chemin devant elle selon cet article de La Presse! Comme disait l’autre « quand je me regarde je me désole, quand je me compare…..

http://plus.lapresse.ca/screens/22f32a78-89ce-4dab-8ef0-14a1f377cc70__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal%2BShare&utm_content=Screen

  • Cet article du journal The Gazette met en doute les travaux de comparaison avec les autres villes en affirmant que les définitions changent au gré des élus. Mais le directeur du Service de la performance a bien répondu à cela : les définitions sont revues et approuvées par le comité mandaté par les 116 villes participant au processus établissant les indicateurs et les comparaisons.

https://montrealgazette.com/news/local-news/what-makes-a-road-poor-secret-montreal-report-shows-its-a-murky-definition

Advertisements

De gros défis pour le nouveau DG de la Ville de Montréal, et pour le prochain gouvernement du Québec!

4 Sep

La Ville de Montréal a un nouveau directeur général, M. Serge Lamontagne depuis le 23juillet dernier. Il succède à M. Alain Marcoux qui a été en poste durant tout le mandat de Monsieur Coderre qui a duré de novembre 2013 à novembre 2017.

Montréal pour tous veut rendre un hommage à M. Marcoux en soulignant ses principaux apports puis inciter M. Lamontagne à améliorer nettement ce qui a été mis en place. Nous appuyons nos points de vue sur notre expérience vécue de citoyens bénévoles et non partisans ayant participé assidûment aux divers forums de consultation publique institués par la Ville de Montréal : commission sur les finances et l’administration, conseil municipal, commission de la présidence du conseil, sur des sujets d’importance (prévisions budgétaires, programme triennal d’immobilisations, rapport du Vérificateur général, évaluation et taxation foncière). Nous voulons continuer à participer activement durant le mandat de M. Lamontagne.

Monsieur Marcoux nous a surpris dès notre premier rendez-vous obtenu avec lui. Durant la campagne électorale de 2013, le programme électoral de Monsieur Coderre nous avait déçu : il était quasi inexistant sauf dans le domaine des nouvelles technologies. Et les 3 précédents dg en place sur une courte période de 4 ans ne nous avaient nullement impressionnés : ils ne manifestèrent pas un réel intérêt à nous rencontrer ni à connaître nos demandes. Monsieur Marcoux, avec le président du Comité exécutif Monsieur Pierre Desrochers et le directeur des finances Monsieur Yves Courchesne, nous ont informé qu’ils apprécient la participation citoyenne, qu’ils vont l’encourager . Ils vont améliorer l’accès aux documents et aux chiffres des budgets. Ils sont ouverts à la discussion publique sur la base de leurs diagnostics précis puis de leur vision d’ensemble et enfin de plans d’action sur plusieurs années. Nous n’avions peu vu de tels documents auparavant.

M. Marcoux accepta de débattre régulièrement avec les élus, les employés et les citoyens puis de mettre en marche des Programmes de rénovation des infrastructures routières et de l’eau, de mise à jour des nouvelles technologies, un autre de contrôle de l’évolution de la main d’oeuvre, un plan de réduction des accidents de travail et des absences au travail. Il a mis en place un nouveau secrétariat de la performance organisationnelle qui a poussé les services à mieux évaluer et comparer leurs coûts et rendements. Il a instauré des processus permettant de meilleures redditions de compte, comprenant les revenus et dépenses réelles par rapport aux prévisions. Il a mis en place une vraie équipe de direction qui chapeaute et oriente l’ensemble des services municipaux.

Bon nombre d’avancées marquantes dans plusieurs de ces domaines ont été possibles grâce à l’appui politique du Maire Coderre et du président du Comité exécutif Monsieur Desrochers. Elles ne peuvent occulter quelques failles majeures auxquelles le nouveau dg devra proposer des correctifs. Nous n’avons pas obtenu à ce jour un tableau complet et précis de l’état du programme quinquennal de main d’oeuvre: après 4 ans de participation citoyenne, nous demeurons presque complètement découragés de ne pas connaître exactement le nombre d’employés et leurs titres afin de savoir si les réductions annoncées sont au rendez-vous, si les travaux donnés à l’extérieur de la fonction publique municipale augmentent ou pas, si le temps partiel prend plus de place.

Ces données ont toute une incidence sur le contrôle serré des dépenses de plus de 5 Milliards $, dont celles du personnel qui en constituent le plus gros poste. Et c’est d’autant plus inquiétant quand on consulte les données comparatives de la plus récente publication en novembre 2017 de l’Institut National de la statistique du Québec. Les écarts dans les rémunérations de la grande majorité des emplois demeurent toujours grandement favorables au secteur municipal quand il est comparé à celui de l’administration québécoise et à plusieurs autres (sociétés d’état, salariés québécois syndiqués, etc.)

M. Lamontagne a tout un contrat en ces domaines, sachant que plusieurs conventions collectives viennent bientôt à échéance. Et ce, dans un climat où les syndicats se sont déclarés nettement insatisfaits du travail de Monsieur Marcoux, bien que la rémunération globale des personnels dépasse celles de bien des Montréalais et celles des fonctionnaires provinciaux! Nous pensons que le nouveau dg doit porter une attention particulière aux demandes de ceux et celles qui sont à l’oeuvre au quotidien. Il y a certes de grands nœuds quelque part dans la machine au plan de l’organisation du travail.

M Lamontagne doit aider l’administration Plante-Dorais à trouver d’autres sources de revenus afin d’éviter de recourir à une nouvelle hausse de taxes foncières. Ces hausses répétées, liées de près aux augmentations des valeurs foncières, poussent bon nombre de personnes âgées hors de leur résidence et « étranglent » bien des petits commerçants. Il doit trouver des arguments très forts pour convaincre Québec et Ottawa de cesser la baisse tendancielle de leurs contributions observée de 2006 à 2017 dans les redditions de compte disponibles. Il doit épauler avec vigueur la Mairesse dans ses représentations auprès des candidats des divers partis à la présente élection provinciale afin d’obtenir des sources récurrentes de revenus et d’éviter que les hausses de taxes ne reviennent comme unique solution!

L’obtention de nouvelles ressources risque fort de ne pas se concrétiser avant le prochain budget 2019, lequel inclura une nouvelle hausse de taxes. Nous demandons dès maintenant une nette amélioration du « Programme québécois de Subvention aux aînés pour faire face aux hausses de taxes foncières » : ses critères sont beaucoup trop restrictifs, tels que maison unifamiliale, revenu inférieur inférieur à 50 000$, hausse de taxes dépassant de 7,5% la moyenne observée, etc. Le nouveau dg peut accroître la pression sur Québec afin d’obtenir du Ministre Leïtao ou de son successeur un soutien permettant aux personnes âgées de demeurer dans leur milieu de vie. De telles mesures favoriserait l’ accroissement de la confiance des citoyens envers leur administration.

Le groupe Montréal pour tous a pour mission d’encourager les contribuables à comprendre le fonctionnement de la Ville, ce qui inclut la compréhension de l’évaluation et de la taxation foncières, et des mécanismes de participation et de recours à leur disposition.

Pierre Pagé, Johanne Dion, Lucille Mallette, Jeanie Baudchon, pour MontréalPourTous.

Recommandations à la Commission des finances pour les investissements de la Ville

16 Nov

Pour une 5e année d’affilée, les représentant-e-s  de Montréal pour tous ont pris une part très active aux travaux de la Commission des finances de la Ville de Montréal pour le programme d’investissements (PTI) 2017-1819 qui ont eu lieu du 4 au 11 novembre.

Et nous n’étions pas seuls. Un représentant du Comité logement centre-ville, également abonné de notre groupe, est venu questionner les investissements dans le logement social. Deux représentants de la Coalition Eau Secours impliqué dans le groupe Sauvons l’Anse-à-l’Orme et dans le nôtre sont aussi venus. Notre appel aux groupes a porté fruit!

Une autre belle surprise fut la participation active et dynamique des représentants du Syndicat des cols-bleus. Ils ont informé la Commission de leur expérience positive de collaboration avec les dirigeants du Service de l’Eau qui ont confirmé leurs dires. Ils ont souligné la reconnaissance de l’expertise des employés dans la gestion des réseaux d’aqueduc et d’eaux usées. ILs ont demandé que cela s’étende à d’autres services et que les contrats au privé fassent l’objet de vraies comparaisons avec tous les coûts.

Voici maintenant les propositions que nous avons déposées à la Commission qui peut choisir de les présenter au Conseil municipal pour adoption. On verra bien. Nous exigeons de meilleures performances au niveau de la planification, conception, réalisation, contrôle et évaluation des investissements de la Ville de Montréal.

Notez qu’une de ces propositions, la numéro 7 demande à la Commission et au Conseil municipalde nous appuyer auprès du Ministère des Finances du Québec  d’ élargir et afin d’enrichir le programme Subvention pour aînés relatif à une hausse de taxes municipales instauré en 2015 Lire la suite

Évaluation foncière: ce soir lundi 7 novembre

7 Nov

Bonjour,

Ce soir au Théâtre Rialto 5719 avenue du Parc à Montréal à 19h00:

Évaluation foncière: des hausses substantielles pour plusieurs résidences des quartiers recherchés. Pas de hausses extrêmes, mais des hausses qui s’accumulent d’année en année!

Venez échanger avec le directeur du Service de l’Évaluation foncière de la VIlle de Montréal:

-Pourquoi ces hausses, comment elles se calculent;

-Nouveaux outils pour comparer et recours du citoyen.

Bienvenue, P. Pagé pour Montréal pour tous

Sujet de l’heure : Eau et eaux usées: Plan d’investissement de la Ville

12 Nov

Vendredi le 30 octobre dernier, Pierre P. a pris part aux travaux de la Commission des finances sur le Plan d’investissement (PTI) du Service des eaux et eaux usées qui représente près de 30% du Plan. Voici quelques faits saillants :

– ce même jour, il y avait fuite d’eau majeure sur Pie-IX près de Villeray, la fermeture a pris du temps. Il faudra améliorer la concertation ville-centre et arrondissement. Le président De Sousa a regretté cet incident majeur mais a rappelé le contexte: en 2002-203 la normalité était.. plusieurs fuites par semaine.

-en 2015, 80% des travaux au PTI ont été réalisés soit 270 Millions $ pour les réseaux d’eau potable et eaux usées, les usines de filtration de l’eau potable, les réservoirs d’eau potable, les stations d’épuration et les intercepteurs et enfin les bassins d’eaux usées. En 2016, il est prévu un investissement de 341$ Millions. Les deux stations d’épuration vont installer un système à l’ozone qui filtrera et éliminera beaucoup plus de déchets, au lieu du chlore jugé dangereux. Ce sera effectif en avril 2018.

-à la demande de Monsieur Walker du groupe STOP, les responsables ont répondu que des mesures accrues seront prises en amont pour retenir des éléments, que des bassins de rétention seront construits et que des arbres seront plantés afin d’améliorer la performance de l’épuration.

-les conseillers de Projet Montréal ont regretté que les auscultations des conduites ne soient pas complétées. Cela rend difficile de prévoir les bris et difficile aussi pour les arrondissements les choix de rues à repaver quand on ne sait pas l’état du sous-sol.

Pour plus d’information : ce power point présenté par la directrice du Service:

http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/COMMISSIONS_PERM_V2_FR/MEDIA/DOCUMENTS/PRES_EAU_20151030.PDF

Depuis plusieurs semaines, il est question ici et dans le monde du fameux déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve afin de procéder à une inspection et des répérations majeures. Voici une lecture éclairante et non partisane :

Jean-François Cliche, blogueur scientifique à la Presse, présente avec clarté les explications de plusieurs scientifiques. Il écorche au passage les médias qui préfèrent trop souvent les images sensationnelles aux vrais enjeux. Et il termine en citant un éminent spécialiste qui regrette ce mauvais exemple donné!

http://blogues.lapresse.ca/sciences/2015/11/10/un-peu-de-lecture-pour-%C2%ABflusher%C2%BB-le-flushgate/

Des devoirs à refaire en matière de transparence et de crédibilité !

17 Nov

À refaire !

Voici la conclusion à laquelle arrive Guillaume Lavoie, porte-parole de Projet Montréal en matière de finance, après examen d’un document administratif de 1334 pages, qui fait état, notamment, des contrats dispensées chaque année par la Ville à ses différents fournisseurs. Lire la suite