Archive | Eau et eaux usées RSS feed for this section

Visite à l’usine de traitement des eaux usées le lundi 11 Avril à 13H

16 Mar

 Montréal pour tous fait des pressions sur la Ville de Montréal pour répondre à la demande d’un grand nombre de membres qui nous disent : « nous on veut de meilleurs services, au prix que l’on paie en taxes foncières! »

Montréal pour tous organise une visite à l’usine de traitement des eaux usées  de la Ville de Montréal J-R.-Marcotte située au 12001 Maurice Duplessis le 11 Avril de 13 heures à 16 heures. Il y a 10 places disponibles. Les 5 membres du comité y prendront part et vous aideront à vous préparer ou poser une question.

La visite se fera en deux parties: 1) à l’auditorium de la station au bâtiment administratif; 2) à l’extérieur (se vêtir selon la température du jour). La visite est déconseillée pour les femmes enceintes.

C’est pour mieux comprendre les très gros investissements faits et à venir dans le traitement des eaux usées, pour mieux saisir les enjeux de déversements réguliers ou exceptionnel comme celui de décembre 2015,.Les thèmes que nous voulons aborder sont en lien avec nos travaux et suivis sur les questions de l’eau et des eaux usées à Montréal ainsi que les sommes investies ces dernières années.:

-quels sont les investissements récents dans cette usine?

-et telle que posée par le rapport des experts de Polytechnique lors du déversement de décembre dernier,  pourquoi investir tant dans le traitement tertiaire (ozonisation)? pourquoi ne pas plutôt investir en amont dans le traitement secondaire, soit l’injection de bactéries par oxygénation, ce qui réduirait les coûts du traitement tertiaire?

N’hésitez pas à vous inscrire à cette visite en envoyant un courriel avec vos noms à montrealpourtous@gmail.com

Dites à vos proches de s’abonner à notre infolettre à cette même adresse.

Pierre Pagé, Lucille Mallette, Johanne Dion, Jeanie Baudchon, Lise Lauzon

Énergie Est, surtout ne pas baisser la garde !

29 Jan
Justin Trudeau, Denis Coderre,

Prime Minister Justin Trudeau, left, shakes hands with Montreal Mayor Denis Coderre following their joint press conference in Montreal, Tuesday, January 26, 2016. THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes

Bonne nouvelle ! La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) s’oppose à la construction de l’oléoduc Énergie Est (TransCanada, 1,1 millions de barils/jour), un projet qui, selon le président de la CMM, le maire Coderre, « comporte des risques importants pour notre environnement (notamment pour l’approvisionnement en eau potable de près de 2,5 millions de personnes) et trop peu de retombées pour notre économie ».

Mais que nous cache cette opposition, toute chevaleresque, sachant que la CMM a déjà accepté sur son territoire   le projet d’inversion du pipeline 9B (Enbridge), une canalisation, en fin de vie utile (construite en 1975), qui amènera vers Montréal 300,000 barils/jour, en traversant des milieux naturels sensibles, apparentés à ceux que devrait emprunter Énergie Est ???? Lire la suite

Votre eau potable est-elle à risque ?

21 Déc

pasted image 0

Alors que notre bon docteur Couillard pavoisait au sommet sur les changements climatiques à Paris (COP-21) en raison de l’inscription hâtive du Québec à la bourse du carbone, son gouvernement orchestrait en novembre une consultation bancale et partisane sur la filière des hydrocarbures, dans le cadre de l’élaboration de la future politique énergétique du Québec.

À cause des risques sur la qualité de vie de Montréalais (eau potable,  notamment) qui peuvent découler du développement incontrôlé de cette filière (par exemple le projet d’oléoduc Energie Est, actuellement en discussion), Montréal pour tous a voulu , en votre nom, apporter sa pierre sur la voie de la transition énergétique ! Vos commentaires sont appréciés !!!

Pour lire le mémoire déposé lors de la  consultation sur la filière des hydrocarbures, cliquez sur ce lien :  mémoire

Johanne Dion
pour Montréal pour tous

Des propositions pertinentes: eaux usées

16 Nov

Ottawa et Québec devront prioriser l’assainissement dans le nouveau programme d’infrastructures.

Nous souhaitons vous informer, chers sympathisants, de l’action du jour : Nature Québec propose aux gouvernements du Québec et du Canada un plan d’action pour éviter de nouveaux déversements d’eaux usées, sans aucun traitement ni compensations, dans le Saint-Laurent et autres cours d’eau du Québec.

Nous proposons notamment à Ottawa et à Québec de créer un volet important pour l’assainissement des eaux usées dans le nouveau programme d’infrastructures. D’ailleurs, dans la dernière campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau se sont engagés à collaborer avec les autres ordres de gouvernement pour  » protéger les eaux douces du Canada « , grâce notamment à  » des investissements en matière d’infrastructures dans les meilleures technologies de traitement des eaux usées « . Ce programme devrait permettre de finaliser le réseau et de mettre à jour les équipements de manière à les rendre plus efficaces et aptes à traiter de nouvelles formes de contaminants (virus, résidus de médicaments, perturbateurs endocriniens…)

Nature Québec est déçu de la faiblesse des conditions d’autorisation posées par Environnement Canada entourant le déversement massif d’eaux usées par la Ville de Montréal. On n’a pas retenu la principale recommandation du comité d’experts pour limiter l’impact, soit l’utilisation d’un navire dont les cales auraient agi comme réservoirs de décantation permettant de limiter les impacts.

Aujourd’hui c’est un jour triste quant à notre capacité de lutter de façon efficace contre la pollution. Nous allons maintenant relever les manches et faire en sorte que ce déversement massif et les dizaines de milliers d’autres surverses qui surviennent chaque année dans les réseaux d’assainissement du Québec ne puissent plus se produire comme si de rien n’était!

Nature Québec offre sa collaboration et celle de ses experts pour la conception et la réalisation d’un plan d’action dont les principaux objectifs seraient :

  • Investir de façon accélérée pour réduire la fréquence et l’ampleur des débordements (surverses) en créant un volet  » infrastructures d’assainissement  » dans le nouveau programme d’infrastructures du gouvernement fédéral.
  • Accélérer l’implantation du traitement à l’ozone à l’usine d’épuration de Montréal et dans les principales municipalités du Québec. En aval de Montréal, plus du tiers des poissons d’une espèce (le Queue à tache noire) sont hermaphrodites (ont les caractéristiques des deux sexes) en raison des perturbateurs endocriniens présents dans les effluents. Ces substances ont aussi des effets hautement préoccupants sur la santé humaine.
  • Accélérer les travaux de restauration de certains cours d’eau de l’île de Montréal encore fortement contaminés par des effluents non interceptés, de mauvais raccordements et le ruissèlement : les ruisseaux Bouchard, Bertrand et de Montigny, ainsi que la rivière à l’Orme.
  • Réduire le ruissèlement en augmentant la capacité du sol à absorber les eaux de pluie et de fonte : repenser les stationnements et les saillies de trottoir; augmenter les espaces verts.
  • Que les villes, dont Montréal, contribuent financièrement à la réduction des charges polluantes dont elles sont responsables notamment dans le lac St-Pierre.

(…)

Le problème n’est pas que montréalais!

Au Québec, pas moins de 100 municipalités continuent de déverser leurs égouts dans le fleuve et son bassin versant. Tadoussac, Ste-Monique sur la Péribonka, Saint-Michel de Bellechasse et Grande-Vallée font partie du lot.

Plusieurs problèmes environnementaux et de santé provoqués par des effluents d’eaux usées contaminés ont été identifiés. Parmi ceux-ci figurent les répercussions sur les populations de poissons et la faune, l’épuisement d’oxygène, les restrictions liées à la consommation de l’eau potable, la fermeture de plages et autres restrictions en matière d’utilisation récréative de l’eau, les restrictions liées à la pêche, à la cueillette et à la consommation de poissons, de mollusques et de crustacés.

En 2013 seulement, les systèmes d’épuration ont connu 45 512 évènements de surverse pour toutes sortes de bonnes et mauvaises raisons. Les impacts cumulatifs sur l’environnement sont majeurs et touchent aussi la santé humaine. Il faut que cela cesse. Le fleuve est au cœur de la vie d’une vaste majorité de Québécois. Cette contamination en menace les acquis.

Merci,

Christian Simard
Directeur général de Nature Québec

Déversement d’eaux usées non traitées dans le fleuve: une très mauvaise note pour l’administration de Montréal

12 Nov

Un critique éclairé et de longue date de la scène municipale envoie une grande et belle volée de bois vert à l’administration de Montréal:

 « La Ville n’a pas compris le message, finalement… – Elle a géré le déversement tout croche. Elle s’est fait varloper par bon nombre d’experts et de commentateurs. Elle a été dénoncée par Erin Brockovich et Paris Match. Elle a été ridiculisée et… »

Sujet de l’heure : Eau et eaux usées: Plan d’investissement de la Ville

12 Nov

Vendredi le 30 octobre dernier, Pierre P. a pris part aux travaux de la Commission des finances sur le Plan d’investissement (PTI) du Service des eaux et eaux usées qui représente près de 30% du Plan. Voici quelques faits saillants :

– ce même jour, il y avait fuite d’eau majeure sur Pie-IX près de Villeray, la fermeture a pris du temps. Il faudra améliorer la concertation ville-centre et arrondissement. Le président De Sousa a regretté cet incident majeur mais a rappelé le contexte: en 2002-203 la normalité était.. plusieurs fuites par semaine.

-en 2015, 80% des travaux au PTI ont été réalisés soit 270 Millions $ pour les réseaux d’eau potable et eaux usées, les usines de filtration de l’eau potable, les réservoirs d’eau potable, les stations d’épuration et les intercepteurs et enfin les bassins d’eaux usées. En 2016, il est prévu un investissement de 341$ Millions. Les deux stations d’épuration vont installer un système à l’ozone qui filtrera et éliminera beaucoup plus de déchets, au lieu du chlore jugé dangereux. Ce sera effectif en avril 2018.

-à la demande de Monsieur Walker du groupe STOP, les responsables ont répondu que des mesures accrues seront prises en amont pour retenir des éléments, que des bassins de rétention seront construits et que des arbres seront plantés afin d’améliorer la performance de l’épuration.

-les conseillers de Projet Montréal ont regretté que les auscultations des conduites ne soient pas complétées. Cela rend difficile de prévoir les bris et difficile aussi pour les arrondissements les choix de rues à repaver quand on ne sait pas l’état du sous-sol.

Pour plus d’information : ce power point présenté par la directrice du Service:

http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/COMMISSIONS_PERM_V2_FR/MEDIA/DOCUMENTS/PRES_EAU_20151030.PDF

Depuis plusieurs semaines, il est question ici et dans le monde du fameux déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées non traitées dans le fleuve afin de procéder à une inspection et des répérations majeures. Voici une lecture éclairante et non partisane :

Jean-François Cliche, blogueur scientifique à la Presse, présente avec clarté les explications de plusieurs scientifiques. Il écorche au passage les médias qui préfèrent trop souvent les images sensationnelles aux vrais enjeux. Et il termine en citant un éminent spécialiste qui regrette ce mauvais exemple donné!

http://blogues.lapresse.ca/sciences/2015/11/10/un-peu-de-lecture-pour-%C2%ABflusher%C2%BB-le-flushgate/

Imposer et taxer davantage les spéculateurs et les grands utilisateurs d’eau

5 Avr

En cliquant sur l’icône Facebook ci-haut à droite, vous trouverez deux articles passionnants: l’un sur les gains de capitaux non imposés, l’autre sur les entreprises grandes consommatrices de l’eau de la Ville de Montréal, dont celles qui l’embouteillent puis la revendent et qui paient des tarifs trop faibles.

Deux dossiers que nous n’abandonnons pas, vues leurs incidences sur des revenus supplémentaires pour les services publics provinciaux et municipaux!